Communiqué de presse – Oui à des terrasses temporaires régulées pour 2021 – Non à la pérennisation des terrasses “éphémères”

Mise à jour du 2 mai : le 23 avril, 28 associations et collectifs ont signé un communiqué de presse pour dire Oui à des terrasses temporaires régulées pour 2021 – Non à la pérennisation des terrasses “éphémères”. Le communiqué compte désormais 44 associations et collectifs signataires.


Communiqué rédigé par 28 associations parisiennes en réponse au projet de la mairie de Paris de pérenniser les terrasses éphémères et de les inclure dans le règlement des étalages et terrasses (RET).

Oui à des terrasses temporaires régulées pour 2021
Non à la pérennisation des terrasses “éphémères”

En mai 2020, sans aucune concertation que ce soit avec les habitants ou avec de nombreux maires d’arrondissement, la mairie de Paris a décidé d’octroyer gratuitement l’espace public aux bars et restaurants frappés, comme tant d’autres commerces, par la crise sanitaire, et de leur permettre d’installer des terrasses dites “éphémères” sur les trottoirs puis sur les places de livraison.

Aucun arrêté, aucun vote au Conseil de Paris, aucun règlement n’ont présidé à la création de ces terrasses. Elles étaient régies par de simples chartes déclaratives que la ville a été dans l’incapacité totale de faire respecter. Du fait des manquements de la part des bars et des carences de la ville, ces terrasses ont été la source de très nombreuses nuisances : entrave à la bonne circulation des piétons, non-respect des horaires et des dimensions et de la dangerosité de certaines installations, non-respect des gestes barrières entre consommateurs mais aussi envers les passants, pollution sonore décuplée, alcoolisation massive dans l’espace public, …

Les associations et collectifs d’habitants, les Parisiens, des élus, la presse, les réseaux sociaux se sont fait l’écho de la souffrance que ces terrasses ont infligée aux Parisiens entre les deux confinements.

Aujourd’hui, bien que la mairie de Paris ait montré son incapacité à gérer ces terrasses, elle souhaite les pérenniser, ce qui aurait pour conséquence de doubler, voire tripler, la surface dévolue aux terrasses. Pour ce faire, elle souhaite en toute hâte modifier le règlement (RET) qui régit les terrasses sans aucun diagnostic.

Afin de venir en aide aux établissements, les associations et collectifs signataires de ce communiqué acceptent la reconduction pour l’année 2021 des terrasses éphémères tant que dure l’état de crise sanitaire.

Nous nous opposons à leur pérennisation et demandons le report de la modification du RET. Cette révision du RET se fera plus tard et intégrera de nombreuses recommandations et prescriptions : rapport 2016 de l’Inspection Générale de la Ville de Paris, Plan d’accessibilité (PAVE), étude EuropGroup, l’audit du Bureau d’Action Contre les Nuisances de la Préfecture de Police (BACN), le rapport des États Généraux du Stationnement, le futur PLU, l’étude sur les victimes des nuisances sonores nocturnes à Paris…

Les associations et collectifs signataires s’engagent à produire avec la mairie une nouvelle charte encadrant les terrasses éphémères avant le 1er juin. Voici les premiers éléments de cette nouvelle charte véritablement contraignante qui contribuera à la régulation de ces terrasses :

  • Mise en place d’un régime d’autorisation préalable et abandon immédiat du régime déclaratif
  • Suppression des terrasses éphémères dès la fin de l’état de crise ou début octobre et démontage dans les deux semaines, délai de rigueur
  • Terrasses non-couvertes, sans éclairage, sans diffusion de musique enregistrée ni “live” et sans chauffage…
  • Implantation des terrasses respectant des critères rigoureusement identifiés (nombre dans une même rue, taille, position, remisage…)
  • Strict respect des horaires (retrait à 22h00)
  • Mise en place d’un numéro d’appel unique et d’une rubrique dédiée sur l’application DansMaRue pour faire des signalements
  • Mise en place de commissions mixtes locales de contrôle et de suivi (DPSP, police, syndicats professionnels, riverains…) + inspections
  • Contrôles des niveaux sonores (balises BruitParif et dotation de sonomètres pour les agents de la Ville)
  • Sanctions effectives en cas de manquements à la charte :
    • Premier manquement avéré = retrait d’autorisation de la terrasse pour une durée minimale de 15 jours
    • Deuxième manquement avéré = retrait pour un mois
    • Troisième manquement avéré = retrait définitif de droit de terrasse
  • Évaluation un mois après le déploiement des terrasses et ajustements si nécessaire
  • Évaluation globale du dispositif immédiatement après la fin de ce régime d’exception

Nous nous tenons à la disposition de la mairie de Paris pour travailler ensemble à l’élaboration et la mise en œuvre de cette charte temporaire (pour 2021).

Cependant si la mairie persistait à vouloir imposer la pérennisation des terrasses éphémères, les associations et collectifs de riverains seraient contraints de défendre par tous les moyens à leur disposition (légaux, presse, réseaux sociaux…) la tranquillité publique et le libre accès à l’espace public.

Signataires : 60 Millions de PiétonsADDM18 (Association de Défense de Montmartre et du 18ème), ADR Pont Neuf, ARRS (Association des Résidents de la Rue Saulnier), ASSACTIVE (Association Active des Résidents et Commerçants du Quartier de l’Horloge), le Collectif Condorcet, le Collectif Droit au Sommeil Jourdain, le Collectif Groussier, l’Association Marais-Louvre, Association Ponthieu d’abord(s), Association des Riverains de Ménilmontant, Association des riverains Sedaine Saint-Sabin Bréguet, Collectif Cler-Champ de Mars, Le Collectif Clichy-Blanche, Collectif Greneta-Goldoni, l’association Habiter Paris Centre, le Collectif Henri Malberg, le Collectif Mac Mahon-Montenotte, le Collectif rue Marie et Louise, Collectif Nuisances Sonores, le Collectif Rambouillet Charolais, le Collectif des Riverains de la Folie Méricourt, le Collectif des Riverains de la place Jean-Pierre Timbaud, le Collectif Vavin en colère, le Comité d’aménagement et d’animation du 8ème arrondissement, le collectif Kaspereit, le Collectif Vinaigriers-Saint Martin, le Comité Franz Liszt-Magenta, DéCLIC 17-18Demain La ChapelleDroit au SommeilHabiter Paris, Collectif Jean-Pierre Timbaud, Droit au Sommeil – 15ème, Les Impairs de l’Avenue Cariou, Les Riverains de la Butte aux Cailles, l’Association des riverains du Canal Saint-Martin, les Riverains Paradis, Les Riverains du Parc de la Villette, Quartier Latin Passionnément, RendezNousParis, Réseau Vivre Paris!, SOS Bruit Paris 6e, XVIe Demain

Contact

15 Comments

  1. Ferz Amelie

    Dans le 9 eme mêmes difficultés : l’espace public est privatisé au bénéfice des commerces et ce sont essentiellement des bars et des bistrots
    Avec des clients venus d’ailleurs …
    Pas encore de collectif ou d’association de riverains
    Faire signer une pétition serait une bonne idée
    Nous sommes nombreux sans doute à sublr des nuisances sonores

  2. Anne

    “Harmonisation des normes et interdiction de dépasser la longueur ou largeur de l’établissement, mais, aussi la largueur de l’espace de stationnement afin de laisser la circulation se faire, sans risque, dans les rues étroites à sens unique, avec vélos en circulation inverse. Interdiction aussi d’occuper les emplacements de livraison et pour handicapés. Fermeture OBLIGATOIRE à 22h00” : à mon avis, toutes ces précautions ne servent à rien !! Ces contraintes seront respectées la première semaine, puis petit à petit les terrasses s’étendront, installeront des chauffages pour les clients, poseront des barrières pour délimiter les terrasses, fermeront de plus en plus tard, etc. Non, il faut à mon avis s’opposer totalement aux terrasses ! Il y a quelques années à peine, les terrasses étaient rares à Paris, surtout en soirée. Il faut que cela redevienne la norme ! Privatiser l’espace public et empêcher les gens de se reposer ne devrait pas être permis !

  3. Duchâtelet

    Avez-vous une pétition ? De nombreux parisiens n’appartenant à aucun collectif apprécieraient de vous soutenir.
    Cette situation annonce un avenir catastrophique….

  4. TM

    Félicitations pour votre action citoyenne, pour les petites voix que nous sommes face aux lobbies des bars et restaurants.
    La mairie de Paris ne se rend pas compte de la violence de cette nuisance, chez une population exténuée physiquement et moralement après cette année, dure pour tous.
    Défendre le résultat économique des bars et restaurants (déjà bien défendus économiquement par toutes les aides de l’état accordées – bien mieux que d’autres activités stratégiques pour notre souveraineté nationale), c’est bien.
    Mais assurer la santé et la survie des citoyens silencieux qui ont tout donné pour leur pays cette année, c’est mieux. Garantir la sécurité et l’ordre public c’est à ça que sert l’état.
    Malheureusement, je redoute que les édiles parisiens ne se rendent compte que trop tard de leur erreur, lorsque des drames se seront produits :
    – Des palettes en feu ou en miettes avec des citoyens qui prendront leur responsabilités pour résoudre eux-même la nuisance, dans le meilleur des cas.
    – Des dépressions, des avc, des échecs scolaires, des accidents de la route etc… dans le pire des cas. Ce que dit la science au sujet du manque de sommeil est assez clair.
    Si des avocats nous lisent, les motifs suivants pourraient-ils être évoqués contre la Mairie de Paris : “mise en danger délibérée de la vie d’autrui”, “abstention volontaire de prendre ou de provoquer les mesures permettant de combattre le sinistre dont ont été victimes les plaignants”?

    Bon courage, tout notre soutien dans ce combat, vital pour nombre de Parisiens

  5. Karine

    Désespérée à la lecture de l’article du Parisien d’aujourd’hui: d’après cet article, le nouveau RET de juillet pérennise les terrasses éphémères!

  6. Antoine

    Cet article mentionne un report de l’horaire de fermeture des terrasses éphémères au delà de 22h https://www.leparisien.fr/paris-75/paris-les-terrasses-ephemeres-vont-rouvrir-mais-les-bars-et-les-restaurants-devront-payer-27-04-2021-GUVIYR6PRNCVVC6HINAUIKBVVQ.php

    Ça va être encore pire que l’été dernier.

  7. Alix C.

    Pérenniser les terrasses éphémères est un non-sens sociétal aussi bien que grammatical! Les terrasses éphémères peuvent être admises qq temps pour aider la perte financière due à la pandémie mais en aucun cas elle ne doivent devenir une occupation permanente de l’espace public. Ces terrasses et contre-terrasses, comme leur nom l’indique, doivent être composées seulement de tables et de chaises, pouvant être enlevées chaque soir à l’heure de leur fermeture (22h?) et non être construites en “dur” ( comme d’ailleurs le demandait la 1re charte signée par les exploitants). Ne plus voir ces planchers ancrés sur trottoirs et chaussée, encombrant les caniveaux qui ne peuvent être nettoyés ! Et qui sont tellement inesthétiques ! Il faudra aussi respecter la distanciation donc je propose que nous fassions la promotion des établissements vertueux en fréquentant seulement ceux-ci et non les autres , générateurs de troubles autant sonores que dévoreurs d’espace au mépris des passants et des autres commerçants

  8. Jane Doe

    Même combat à Strasbourg, et sans doute d’autres villes aussi.

  9. Parisien

    Mme Hidalgo, vous, vos adjoints, votre police municipale avez été incapables de gérer et de contrôler les terrasses dites éphémères. Leur période de présence sur l’espace public a été un véritable enfer pour les Parisiens. Les réseaux sociaux et la presse se sont largement faits l’écho des débordements et des nuisances générées : nuisances sonores, trottoirs et places de livraisons confisquées, alcoolisation massive… Votre proposition de transformer ces terrasses provisoires en terrasses permanentes revient à en tripler les surfaces de terrasses à Paris, et donc à tripler les nuisances.
    Mme Hidalgo voulez-vous que les Parisiens continuent d’aimer leur ville et d’y vivre ou voulez-vous transformer Paris en un gigantesque bar à ciel ouvert (sans habitant) au mépris de la santé publique (bruit et alcoolisation)?
    Pourquoi, pourquoi, pourquoi?

  10. DELAUNAY

    Tout faire pour que ces terrasses ne soient pas pérennisées et leur usage réglementé. Leurs installations contrôlées, qui devront être légères, faciles à démonter et non fixée au sol. Harmonisation des normes et interdiction de dépasser la longueur ou largeur de l’établissement, mais, aussi la largueur de l’espace de stationnement afin de laisser la circulation se faire, sans risque, dans les rues étroites à sens unique, avec vélos en circulation inverse. Interdiction aussi d’occuper les emplacements de livraison et pour handicapés. Fermeture OBLIGATOIRE à 22h00, loin d’être respecté précédemment.

  11. Blin

    Tout faire pour que ces terrasses ne soient pas pérennisées et que leur usage soit réglementé et contrôlé. Harmonisation des normes et interdiction de dépasser la largeur de l’établissement,interdiction aussi d’occuper des emplacements de livraison et pour handicapés. Fermeture OBLIGATOIRE à 22h00

  12. JC

    Pérenniser les terrasses temporaires est une absurdité dans une ville qui dans son centre est encore à l’aune d’il y a 5 siècles.
    Par solidarité envers les bitros-café-restaurants tant que dure la pandémie : oui.
    Ensuite : non.

  13. Eph

    Cet été ce fut infernal rue de la Petite Truanderie
    Dès 17h avec une amplification très nette dès 22h jusqu’à 2h30/3h du mat mini
    Il faut vraiment que les terrasses de bars soient encadrées

  14. PETIT

    Si pétition à signer faites suivre Pas envie de revivre l’enfer de 2020 et voir les riverains se battre avec les clients qui se foutaient royalement de nous.

  15. Valbrun

    Soutien total ! Si pétition à signer n’hésitez pas à communiquer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2021

Theme by Anders NorenUp ↑