Le cas Hocquard : lettre ouverte à Mme la Maire de Paris

Mis en avant

OBJET : Demande d’écartement de M. Frédéric HOCQUARD de fonctions relatives au développement de la vie nocturne parisienne

Madame la Maire, 

Cette lettre ouverte vous est adressée en votre qualité de maire de Paris et de candidate aux municipales. Il a pour objet de vous demander formellement que Monsieur Frédéric Hocquard soit démis de ses fonctions actuelles de président du Conseil de la nuit et qu’il n’ait plus à l'avenir aucune responsabilité dans une instance quelconque se rapportant au développement de la vie nocturne à Paris.

Cette demande est provoquée par le fait que M. Hocquard a, via son compte Twitter, assuré la promotion  d’un article du journal Le Monde du 15 mars intitulé « C’est une dernière nuit, une nuit historique » : le soir où la France est passée au « stade 3 » pour lutter contre le coronavirus », sous la plume de Pascale Robert-Diard,  Raphaëlle Bacqué,  Richard Schittly,  Solenn de Royer et Ulysse Bellier.

Notre grief tient en premier lieu au fait que ce texte témoigne d’une forte empathie envers ceux qui ont désobéi à l’injonction de confinement décidée par le Président de la République et son gouvernement. M. Hocquard promeut donc un discours complaisant envers la désobéissance civique, l’absence de solidarité, des comportements propres à aggraver le risque sanitaire du Covid-19.

Très habilement rédigé, l’article de presse n’ignore pas totalement l’injonction. Mais il ne fait qu’effleurer implicitement son bien-fondé,  pour s’appesantir sans discontinuité sur les états d’âme de ceux à qui il est devenu interdit de se rassembler dans les bars et autres établissements en soirée. Sa conclusion illustre sa tonalité : « Sur les trottoirs, il y a soudain un peu de crainte, de tristesse et déjà de la nostalgie. Un couple envoie un baiser − à distance réglementaire − au patron qui ferme sa caisse : « On ne sait pas quand on se reverra »… ». Les auteurs de ce texte ont usé d’une liberté d’expression qu’il ne s’agit pas de contester. Mais, ce que l’on conteste, c’est qu’un élu, qui plus est lorsqu’il est par ailleurs président du Conseil de la nuit fasse fi de son devoir car il lui est bien évidemment interdit de promouvoir ledit texte. Ce, y compris dans le cadre d’une diffusion réservée à ses abonnés, qui n’a rien de privé à en juger par le nombre desdits abonnés et par le fait que l’élu s’y exprime très clairement en tant que personne publique.

Notre grief concernant cette publication s’appuie en second lieu sur une appréciation contextuelle de l’acte de promotion dudit article de presse que nous dénonçons.

Depuis plusieurs années, nous nous sommes adressées maintes fois à vous-même et votre Cabinet pour dénoncer la posture déséquilibrée de M. Hocquard lors des réunions et échanges relatifs au fonctionnement du Conseil de la nuit. 

Après quoi, nous avons certes observé que l’élu maitrisait mieux son discours. Mais malgré cette apparente rectification, le déséquilibre des positions de M. Hocquard en faveur des établissements n’a cessé de s’exprimer, au point de lancer un appel aux citoyens pour défendre un établissement contre une action de la Préfecture de police. Sur notre site vous trouverez d’autres précisions sur ce que nous dénonçons et qui sont elles aussi édifiantes (Le bilan de Frédéric Hocquard).

Dans ce contexte, la promotion de l’article du Monde précité ne constitue pas une simple erreur, ni même une simple faute de la part de M. Hocquard. Elle est une faute lourde. 

Nous vous demandons, Madame la Maire de Paris, d’en tirer toutes les conséquences si vous êtes réélue, en insistant sur le fait que l’association Vivre Paris! n’abandonnera pas son objectif d’une administration du développement de la vie parisienne nocturne équilibrée par les élus du peuple.

Nous vous prions de recevoir, Madame la Maire, nos salutations les plus distinguées.

L'association Réseau Vivre Paris!

Hubert Védrine : le mode de vie festif et le tourisme de masse en question

Mis en avant

Le Figaro du 22 mars a publié une interview d’Hubert Védrine : «Le choc du coronavirus est en train de pulvériser des croyances très enracinées».
A l’aune de la pandémie qui frappe la planète il développe des arguments qui devraient tous nous faire réfléchir. Quand nous écrivons “tous” nous ne voulons pas dire seulement les membres du Réseau Vivre Paris!. Il y a longtemps que nous soulignons les ravages de la fête non régulée et l’hyper tourisme.
Nous souhaitons interpeller nos élus, Anne Hidalgo, maire de Paris, et Frédéric Hocquard, son adjoint chargé de la nuit... de la nuit des fêtards, des lobbies de la nuit, mais pas de la nuit de tous les Parisiens. Nous interpellons aussi l'ensemble des candidats aux élections municipales parisiennes.

Deux extraits de cette interview devraient leur permettent d'enlever leurs œillères à l'aube de cette prochaine mandature et de considérer le bien-être, la santé de leurs électeurs, bref l'intérêt commun plutôt que des intérêts catégoriels.
 
… n’est-ce pas tout un mode de vie insouciant, hédoniste, individualiste et festif, qui semble devenu le premier des droits de l’homme (bien avant, pour certains, la liberté de la presse) et qui est mis en cause? Ce mode de vie se traduit, pour tout ou partie de l’humanité, par une mobilité permanente sans limite ni entraves, type mouvement brownien. Ajouté aux voyages économiques incessants et au tourisme de masse (1,4 milliard de touristes en 2019), cela donne 4 milliards de passagers aériens en 2017, 8 milliards «espérés» en 2035 (avant la pandémie)! 
Oui à la fête... mais pas n'importe quelle fête. Une fête régulée, respectueuse de tous, qui se soucie des autres, de ceux qui veulent se reposer la nuit et vivre dans une ville apaisée. Le tout festif a vécu. Changeons de modèle pour une ville / vie durable.

... on prendra peut-être conscience des ravages du tourisme de masse (à ne pas confondre avec le voyage): Dubrovnik, Santorin, Angkor sont des victimes précoces, bientôt Venise. Et faut-il vraiment atteindre 100 millions de touristes en France?
La mairie de Paris s'est engagée depuis des années dans une course effrénée (et imaginaire?) avec les autres métropoles à celle qui attirera le plus de touristes, favorisant au passage la transformation de milliers d'appartements en locations saisonnières. Seul le nombre de touristes compte aux yeux de la mairie. En ce qui concerne le tourisme et comme pour la fête, changeons de modèle pour une ville / vie durable.

A lire cet article publié par Marais-Louvre : Repenser le tourisme de fond en comble

Repenser le tourisme de fond en comble

Mis en avant

Marais-Louvre, membre du Réseau Vivre Paris! a publié cet article.

Comme commencent à le faire remarquer les politiques à qui la pandémie semble ouvrir enfin les yeux, les ravages du tourisme à tout va et sa massification sont une des raisons principales de la mise à genoux fulgurante de notre monde.

Combien de fois avons nous dénoncer les cohortes de touristes qui envahissent des sites dans le monde entier dont Paris et le Marais en font partie... Qu’avons nous vu fleurir au cours des années récentes ? Des bateaux de croisière de plus en plus gigantesques, la multiplication des flottes d’avions et avec elles l’accroissement de la pollution, une explosion exponentielle des locations saisonnières, des pans entiers de villes confisqués aux habitants par un tourisme débridé et délirant qui a gommé toute vie de quartier et fait partir les commerces traditionnels. S’en est suivie une montée des prix de l’immobilier qui chasse les derniers  occupants des lieux et les repousse en zones périphériques.

Que n’a t’on vu et entendu sur la course aux touristes ? Chaque municipalité, malgré les protestations des habitants s’ingéniait à trouver des moyens d’attractivité pour afficher des chiffres ronflants telle une compétition sportive, une sorte de course à l’échalote ! En 2015, notre ministre des affaires étrangères en charge du tourisme, Laurent Fabius, n’est il pas allé jusqu’à proposer 40 mesures pour que la France puisse attirer 100 millions de visiteurs dès 2020. De nombreux élus (dont Anne Hidalgo, G. Collomb...), des professionnels du tourisme ont participé aux groupes de travail qui ont abouti à ce plan d’action qui traitait même du tourisme nocturne dont des voix clamaient l’indigence!

Eh bien nous sommes en 2020 et nous en voyons le résultat!

Ainsi que le souligne Hubert Védrine, ancien ministre des affaires étrangères dans une récente interview accordée au Figaro, l’heure n’est plus au bilan mais plutôt à l’analyse de ce que l’on peut appeler un désastre. Plus jamais cela mais comment faire ?

Il fait d’abord repenser au-delà de la sphère purement économique, ce que nous voulons pour l’avenir notre avenir, celui de nos enfants, au plan national et ensuite en lien avec les autres pays. S’il est illusoire de penser que le tourisme est mort, le temps est venu de le réguler. Imaginons ce que serait Paris si une telle épidémie se produisait lors des JO de 2024? La première décision à prendre est d’établir des quotas, il suffit de considérer la ville de Barcelone qui n’est plus que l’ombre d’elle même tant elle est envahie jusqu’à saturation et davantage encore ou Venise débordant de touristes que déversent les monstres des mers qui longent ses quais séculaires! Cela n’est plus tolérable il faut donc limiter le nombre de touristes pour protéger nos villes, nos quartiers et leur assurer une autre évolution, un autre devenir. Paris ne peut mourir étouffé, être sacrifié, compter plus de valises à roulettes et de cars que de voitures,  au prétexte de satisfaire tel ou tel lobbying, ou bien de récolter des voix pour son élection ou sa réélection voire de justifier l’existence d’une industrie, d’un secteur économique qui serait indispensable pour notre croissance, cette croissance à tout crin qui désormais n’a pas de repère ? Ne faudrait-il  pas compenser la perte d’activité qui découlera d’un tourisme raisonné par la réappropriation d’activités que nous avons laissé partir loin de notre pays pour une question de coût ? Dorénavant nous mesurons plus que jamais la nécessité d’en passer par là... car nous sommes allés trop loin, à l’excès jusqu’à faire faire par d’autres pays la plupart de nos médicaments, personne ne s’étant inquiété de cette situation. Gare aux ringards qui auraient pu le faire!

L’heure n’est plus aux tergiversations et nous devons tous ensemble profiter de ce sévère coup de semonce pour rebattre les cartes, reprendre en mains nos quartiers et leur redonner une vie quotidienne normale en encadrant le tourisme... Reprendre en mains nos industries perdues et pourtant essentielles, reprendre en main notre qualité de vie plus traditionnelle sans se faire déborder par ceux qui, insouciants, par calcul, par esprit mercantile, par égoïsme ont participé de loin ou de près à l’émergence de la pandémie.

Il faut en finir avec un tourisme confiscatoire, quasi inhumain et revenir à un tourisme tolérable par tous et pour tous.

Elections municipales : chronique de campagne

Mis en avant

Le Réseau Vivre Paris! a adressé aux têtes de liste un questionnaire sur les préoccupations majeures de nos membres : la tranquillité publique (lutte contre les nuisances sonores nocturnes principalement générées par les bars et établissements de nuit) et la liberté de circuler sur les trottoirs (occupation de l'espace public par les terrasses illégales notamment). Les différentes associations composant le Réseau ont adressé le même questionnaire ou leurs propres revendications aux candidats dans les arrondissements. Les retours n'ont pas été bien nombreux à ce jour. Parmi les principaux candidats seules Mmes Buzyn et Dati ont répondu à notre questionnaire. Ni Mme Hidalgo, ni MM. Belliard et Villani ne nous ont répondu.


Certains candidats ne sont pas à une contradiction près. Comme le montre cette photo extraite du Parisien du 4 mars, la tête de liste écologiste, David Belliard, a en effet tenu une réunion électorale à la Bellevilloise qui génèrent des nuisances sonores nocturnes dont se plaignent les riverains (notre article). Visiblement le candidat a une interprétation de la pollution qui exclut la pollution sonore. Dommage, on aurait aimé un peu plus de cohérence. Surtout que le groupe EELV demande la fin du chauffage des terrasses depuis 2011, demande que nous formulons également.


Le Réseau a rencontré Rachida Dati à son QG le 16 janvier. Elle nous a parlé essentiellement de son expérience de maire du 7ème. Sur la question des dysfonctionnements au sein de la Direction de l'Urbanisme (qui attribue, entre autres, les autorisations de terrasses), la candidate a parlé de divisions idéologiques au sein de cette direction entre les rigoristes et les laxistes. Elle a cependant souligné que le maire d’arrondissement peut faire preuve de volontarisme et de fermeté envers les les cafés et restaurants (terrasses et voituriers) et saisir le procureur de la République. Selon elle, le maire d’arrondissement n’a pas de pouvoir en matière de nuisances sonores mais peut mener des expérimentations (pose de sondes sonores par ex.). Rachida Dati et Aurélien Véron ont accordé un entretien à nos amis de Marais-Louvre, membre du Réseau Vivre Paris! Les réponses détaillées du candidat à notre questionnaire se trouvent sur le site de Marais-Louvre.


Agnès Buzyn nous a adressé des réponses détaillées à notre questionnaire. Des membres du Réseau avaient interpellé Pacôme Rupin, candidat LREM pour Paris Centre. Celui-ci avait semblé sensibilisé à nos problématiques de droit à la tranquillité publique et à la libre circulation sur les trottoirs. La candidate veut "faire de la lutte contre les nuisances sonores une de [ses] priorités". Elle s'engage à "rendre les trottoirs plus accessibles" et à accroitre "la verbalisation des infractions au règlement des étalages et terrasses". Dont acte.

Côté chauffage des terrasses Agnès Buzyn est contre l'interdiction des chauffages sur les terrasses. En d'autres termes elle est pour le chauffage des terrasses comme le montre ce titre de l'Obs du 24 février. Le motif? "C’est l’âme de Paris d’être à une terrasse de café." Nous sommes tout à fait d'accord mais la lutte contre le réchauffement climatique et l'absurdité de chauffer l'air ambiant devraient prévaloir. L'association des Riverains de la Butte aux Cailles, membre du Réseau Vivre Paris!, a publié un article très clair sur la question des terrasses chauffées. Nous relevons une contradiction entre les annonces générales de la candidate et le refus d'interdire les chauffages en terrasse (qui est autant une question de bruit que de protection climatique). D'autre part, le renvoi à la médiation pour ce qui concerne les nuisances venant des établissements n'indique pas un véritable changement de cap sur ce sujet précis par rapport à l'équipe municipale sortante. 

Les Riverains de la Butte aux Cailles ont soumis au candidat du 13ème arrondissement un questionnaire concernant plus particulièrement leur quartier. Nous publions les réponses de l'équipe d'Agnès Buzyn.


Nous n'avons rien reçu de la candidat sortante, Anne Hidalgo. Nous avons cependant fait le bilan de l'action de Frédéric Hocquard, adjoint chargé de la nuit choisi par la maire de Paris. Son action a surtout été en direction du lobby des bars. Nous ne pouvons que souhaiter un changement radical lors de la prochaine mandature.

Ariel Weil, candidat Paris en Commun pour Paris-Centre, a répondu partiellement à nos questions. Ses réponses, adressées à Marais-Louvre, concernent principalement les quatre premiers arrondissements et ne préjugent en rien de la future politique de Mme Hidalgo pour l'ensemble de Paris.


Le Réseau Vivre Paris! remercie les candidats ayant répondu à son questionnaire. Nous publierons toutes les contributions qui pourraient nous parvenir dans les prochains jours.

Le Réseau Vivre Paris! ne se contentera pas seulement de promesses électorales mais fera tout ce qui est en son pouvoir pour qu'elles deviennent réalité.