Les bonnes pratiques selon le Réseau Vivre Paris!

  • le permis à points comme à Genève (lien à trouver)
  • le renforcement d’effectifs de police aux lieux nécessaires et aux horaires nécessaires (nuit), comme dans certains quartiers parisiens
  • le mesurage avec les sondes nouvelle génération type Bruitparif
  • la pose obligatoire de limiteurs de volume de musique amplifiée directement reliés aux commissariats de police comme cela est actuellement déployé dans certaines rues à Lisbonne
  • l’utilisation de fûts caoutchoutés et de camions de livraison à la fois électriques et de dimensions compatibles avec les centres villes
  • les commission locales de régulation des débits de boissons avec implication forte des associations d’habitants
  • l’interdiction de toute nouvelle implantation d’établissements dans les zones déclarées saturées, comme l’a décidé la Préfecture de Police de Paris dans certaines rues de certains quartiers

Les mauvaises pratiques selon le Réseau Vivre Paris!

  • les menaces, intimidations et agressions de la part d’exploitants à l’encontre des habitants et de leurs responsables associatifs
  • les conflits d’intérêt entre lobbies de l’alcool et de toutes ces sortes de choses les conflits d’intérêt entre lobbies de l’alcool et les cafés soi disant culture, la musique amplifiée, les Pierrots de la Nuit…
  • la subvention d’organismes défendant des intérêts strictement privés par des financements publics illégitimes
  • la dérive perverse d’institutions comme le Conseil de la Nuit de la Mairie de Paris, présidée par un élu qui accepte effrontément d’être le faux-nez de lobbies contraires à l’intérêt général
  • le manque de coopération entre institutions censées protéger les populations (mairies, polices,…) et à l’intérieur de chacune des ces institutions (cloisonnements irresponsables)
  • l’ouverture la nuit d’espaces publics incontrôlables et l’absence de régulation des espaces ouverts détruits par la démission des autorités
  • l’absence de concertation pour le développement de politiques de piétonnisation, mal conçues, dans des quartiers pour lesquels nous savons que cela ne convient pas
  • l’idée absurde de la  » règle d’antériorité » qui permettrait de s’affranchir du respect de la tranquillité des riverains en ne fonctionnant que dans un sens