Étiquette : Préfecture de Police (Page 1 of 2)

Mme la Maire, les Parisiens ne vous disent pas merci

Les terrasses éphémères ont été imposées par la Mairie de Paris aux Parisiens sans aucune concertation (voir notre article : Le fait du prince).
A ce jour nous avons reçu près de 100 témoignages que nous avons anonymisés… D’autres sur notre compte Twitter et sur notre page Facebook. Voir aussi les commentaires en bas de cette page.
Aucun quartier de Paris n’est épargné par ces nuisances comme le montrent ces témoignages. Tous ces Parisiens ne vous disent pas merci, Mme la Maire.


24/09
De : AC
Sujet : Restaurant en bar discoteque
Je me permes de vous écrire, car j’habite au 28 Boulevard du Temple 75011 PARIS.
J’ai ressemant un restaurant qui s’appelle “Tapas des Iles” qui c’est ouvert en bas de chez moi.
Il se permets de mettre la musique et les basses à fond et celle-ci se fait ressentir dans mon appartement (je suis au 1er étage) et ce bruit peut être présent jusqu’à tard dans la nuit 3 voir 4h du matin.
J’ai beau appeler la police rien n’y fait.
De plus, depuis de le déconfinement, c’est devenu un bar discothèque clandestin.
Ils n’ont pas de licence IV est pourtant serve du Rhum et autre alcool fort au client.
Quelle sont mes recourts SVP.


23/09
De : EV
Sujet : nuisances nocturnes
je me permet de vous contacter cat j habite rue de montreuil et depuis plusieurs années un bar boite nous pourri la vie, nuisances sonores ,vomis, vols ,l’enfer…. 
rien à faire ,dites moi quelles sont les démarches à faire?
des conseils????


22/09
De : CF
Sujet : extension de terrasse abusive
Nous constatons ce matin que le bar restaurant au dessus duquel nous habitons 11 rue du Laos Paris XV a augmenté la superficie de sa terrasse éphémère en s’octroyant une place de parking supplémentaire. 
Après plusieurs tentatives vaines pour contacter la mairie de Paris à ce sujet et avoir le bon service, je vous sollicite pour savoir quel service je dois contacter pour savoir si le restaurateur a effectivement obtenu une nouvelle autorisation d’extension de terrasse avant de recommencer les signalements etc
En vous remerciant de votre aide et de vos actions en faveur des riverains


20/09
De : R
Sujet : Terrasse covid
Nous/ je vivons l enfer depuis l installation des terrasses éphémères de fermant jamais leur porte à 22h 
Que puis je faire? Qui rejoindre ? 
Je suis rue de la corderie paris 3


19/09
De : MC
Sujet : Terrasses rue Montmartre et ses conséquences
J’habite rue Montmartre et en bas de chez moi 4 cafes avec terrasses ouvertes à partir de 18h. 
Est ce normal qu à 1 h 30 du matin les consommateurs soient encore avec leurs verres à la main et parlent et rient fort comme s ils étaient seuls au monde?
Et cette nuit du vendredi 18 au samedi 19 septembre 2020 un groupe de 8 personnes assis sur un banc avec des cannettes et des verres tenait une discussion animée avec rire et éclats de voix devant la boutique COS jusqu’à à plus de 4 h du matin. Par cette chaleur impossible d’ouvrir les fenêtres. 
Pourtant à moins de 200 mètres il y a une permanence de la police municipale. Que faut il faire appeller la police chaque nuit ? Pourtant… 
Les terrasses rue Montmartre ont toujours été bruyantes les pires Le tambour ouvert 7j/7 et 24h/24 et le Cœur fou tables hautes à l’extérieur jusqu’à 2/3 heures. Nous sommes loin des 22 h autorisées par la mairie. Mais depuis la possibilité d’agrandissement des terrasses c’est infernal. 
Déjà le quartier a perdu près de 4000 mille habitants…. Faut il fuir Paris pour pouvoir dormir ou tout simplement vivre avec un peu de sérénité dans la capitale ? 
Merci pour ce que vous pourrez faire. 


17/09
De : MG
Sujet : Bar/terrasse bruyante la nuit
Le bar/pizzeria le Pizzu rue Beranger ne respecte pas ses horaires de fermeture et reste ouvert Jusqu’à 2h/3h/4h du matin 
Avec la terrasse  maintenant c’est vraiment devenu impossible de dormir! 
La police ne répond meme pas au telephone quand on appelle la nuit…


17/09
De : EV
Sujet : Nuisances sonores dans le 15, rue d’Alleray
2 bars ont une clientèle très bruyante. Fenêtres fermées et  rien y fait.
Aucun respect du voisinage, et cela 7 jours sur 7 jusqu’à 2 heures du matin. Avec les terrasses éphémères les bruits s’amplifient.
Les mesures barrières et la distanciation ne sont absolument pas respectée.
Consommer de l’alcool debout sur le trottoir en face d’un bar à 20 cm de personnes protège du Covid . Désolé mais je comprends plus pourquoi je dois porter un masque?


De : VM
Sujet : bruits restaurant
J’habite à Paris 17ème et une pizzeria/restaurant a ouvert ses portes dans la rue où j’habite. Les anciens propriétaires étaient respectueux, mais là ce n’est plus le cas.
Des anniversaires tous les jours, ils ont décidé de mettre des tables devant un parking de stationnement, des jeunes qui crient à minuit et 1h du matin.
Mes enfants qui n’arrivent pas à dormir, ma fille qui part au collège très fatiguée, je pars travailler fatiguée. En plus de ça pour coroner le tout, les travaux qui commencent à 6h30 du matin, impossible de se reposer.  
Que peux-je faire? Moi je n’en peux plus. Je travaille dans un hôpital et j’ai besoin de repos, je suis à bout et mes enfants aussi.
Au secours….


16/09
De : BO
Sujet : Terrasse covid au delà de 22h
Depuis plusieurs jours le café le 39 situé au 39 rue Beaubourg 75003 Paris ne respecte plus l’heure de fermeture de la terrasse covid. Le 11/09 elle était encore pleine à minuit 20. Le 16/09 à 23h, elle est toujours pleine malgré un appel au propriétaire et à la police.


16/09
De : CB
Sujet : Le Kamer Paris 75010
Je tiens à vous signaler que depuis de nombreux mois (et cela n’a fait qu’empirer avec l’élargissement de leur terrasse), le restaurant Le Kamer situé au 15 rue de Saint Quentin Paris 10e attire une foule de personnes généralement avinées et qui parlent très fort, crient, et dont les conversations dégénèrent régulièrement en disputes assourdissantes pour le voisinage, tout cela tard le soir (souvent après minuit passé), et ceci quasiment toute la semaine ! Cette situation n’a que trop duré pour des habitants déjà lassés par la saleté et les incivilités propres au quartier de la Gare du Nord ! J’ai écrit à Philomène Juillet de la mairie de Paris, mais elle fait la sourde oreille ! Mes voisins s’en plaignent, on n’en peut plus !


13/09
De : ND
Sujet : Qui respecte la pseudo charte?
Je suis rentrée hier de province. A 23h30 rue du bourg Fribourg 4e j’ai pu constater que le Lizzard Longe déversait sa musique et ses clients bruyants dans la rue. Idem pour le Panfoulia. Idem pour le café-théâtre Point Virgule. Et le bar Résistance rue Ste Croix.


12/09
De : SL
Bonjour, bar Liquiderie au 7 rue de la Présentation 75011. Impossible de dormir même avec double vitrage. Je vous envoie quelques photos et des vidéos. Terrasses après 22h , nuisances et je ne parle plus des gens sans masque et distanciation physique.


12/09
DE : AC
Sujet : piétons en danger rue Grégoire de Tours (6ème)
Et il paraît que la piétonisation des rues est faite pour la distanciation et la protection des piétons! Rue Grégoire de Tours (6ème) : une photo du 12/9 à 15h29.


12/09
De : A
Sujet : Nuisances sonores et olfactives
Habitant au 19 boulevard de Belleville au 2e étage au dessus d’un restaurant (“La Cantine Orientale”) et d’un bar à jus (“Jwajm Juice”), je suis victime depuis des mois avec mes voisins de nuisances sonores et olfactives provenant de ces deux établissements. 
– Nuisances sonores : des bruits de rangement qui perdurent au delà de la fermeture du restaurant et jusqu’à 2h du matin tous les jours du lundi au dimanche
– Nuisances olfactives : des émanations fortes de cuisine et de friture qui envahissent mon/nos appartements et les parties communes.
Je / nous avons tenté de remédier à l’amiable et de façon cordiale avec les gérants qui ne se soucient guère du bien être et de la tranquillité des habitants de l’immeuble. 
Par ailleurs le bar à jus “Jwajm Juice” exerce une activité de restauration qui n’est pas conforme au bail commercial du local qui est destiné à une activité de bureau. Pour y avoir également été, je doute fortement de la conformité hygiénique de ces deux établissements.
Je vous remercie par avance de l’aide apportée en m’indiquant quel est le recours le plus efficace pour défendre mon / notre droit à la tranquillité.


10/09
De : A
Sujet : Nuisance sonore rue des Abbesses
C’est insupportable, nous étions habitués l’été à avoir tous les clients des bars alentours et restaurants qui faisaient énormément de boucan sous les fenêtres mais maintenant depuis le confinement il y a un DJ qui fait un show assourdissant le week-end et une troupe de danseurs qui se donne en spectacle en semaine tous les soirs! 
Les enfants ne peuvent pas trouver le sommeil avant 21h30! 
Ça semble peu mais pour nous c’est infernal


07/09
De : MS
Sujet : irrespect des horaires terrasses
J’habite 21 rue des Petits Champs.
La pizzeria Le Tub située sous mes fenêtres 26 rue de Beaujolais, ne respecte pas les horaires de fermeture. Avec le Conseil syndical de l’immeuble, nous essayons d’obtenir satisfaction. Sans succès. 


06/09
De : C
Sujet : Terrasse sur la voie publique
Bonjour ! J’habite en face du bar team brothers. Situé au 7 bis rue des trois bornes Paris 11 en face de la rue rue Jean Pierre Timbaud. 
Avec le COVID et l’autorisation de l’extension des terrasses jusqu’à 22:00 normalement. 
Malheureusement le bar Team brothers continue d’investir la place avec tout ce que sa comprends de pénibilité sonores, braillements continus….. 
Jusqu’à plus de 1:00 du matin. Cela devient extrêmement compliqué à vivre et à supporter. Que faire ? 


06/09
De : TP
Sujet : Nuisance bar de nuit le café chic 126 rue du faubourg saint honoré 75008 Paris
Bonjour nous sommes dérangés toutes les nuits par ce bar jusqu a 5/6 h du matin entre les bagarres les rodéos les gens saouls qui hurlent c est un véritable enfer 
Particulièrement en fin de semaine 
Que pouvons nous faire et c est évidemment pire avec les terrasses COVID 


04/09
De : CD
Photo prise à 13h aujourd’hui dans le 11ème. En plus des clients sur la terrasse éphémère ceux qui attendent debout une place ou leur sandwich bloquent le passage des piétons.


01/09
De : RF
Sujet : Tapage quotidien diurne et nocturne d’une pizzeria
Bonjour, voici la copie du courrier que j’ai envoyé à M. Connan, chargé de l’espace public,la propreté, l’environnement à la mairie du 3e arrondissement.

Bonjour,
Je suis Mme F…, résidente du … rue Debelleyme, 75003 et je viens vers vous aujourd’hui concernant des nuisances à répétition provenant du restaurant “Big Love”, pizzeria située au 30 rue Debelleyme 75003.
J’avais déjà porté plainte auprès de la préfecture en 2018 (dossier BAPPS-PLHDB N°52586) pour des nuisances sonores. Une enquête avait été menée et, après plusieurs mises en demeure, le restaurant avait dû se conformer à la réglementation suivant les dispositions de l’article  R571-25.
Cependant, et malgré cette première procédure, les nuisances sonores continuent et s’amplifient. Le restaurant n’utilise plus de haut-parleurs mais ce sont les employés qui occupent l’espace public très bruyamment de 8h du matin jusqu’à minuit, 1h, 2h voire 3h du matin souvent sans interruption. En dehors des horaires de service, ils s’asseyent sur les marches de l’école, devant ou en face du restaurant, sur les scooters garés sur le parc 2 roues, ou sur une de leur table de terrasse installée dès 10h les jours non scolaires et dès 16h les jours d’école.
4 à 15 personnes (employés et relations), ainsi installées, parlent fort, crient, rigolent fort, se disputent, s’interpellent à distance, écoutent de la musique sur leur mobile jusque tard dans la soirée et dans la nuit. Hier, ils étaient encore 12 à 1 heure du matin. Ces nuisances s’entendent même fenêtres fermées et ce 7 jours sur 7 et 365 jours sur 365.
J’ai bien sûr tenté depuis plusieurs années d’établir un dialogue avec ces personnes, mais ils rejettent toute discussion et continuent quotidiennement leur tapage diurne et nocturne. Aujourd’hui, je me bats contre une maladie dont le traitement me fatigue énormément et je n’arrive jamais à trouver le repos chez moi. Les jours de chaleur, je ne peux même pas ouvrir mes fenêtres. Ce quotidien est devenu impossible, d’autant plus pour une personne dans ma situation.
Je vous demande donc par la présente de faire le nécessaire afin que l’ensemble des employés et relations du restaurant “Big Love” ne s’approprient plus l’espace public en dehors des heures d’ouverture des terrasses solidaires (dont l’ampleur a souvent dépassé l’espace qui leur est attribué à savoir devant la porte de l’école et au-delà) et de leur imposer un jour de fermeture hebdomadaire.
Je n’ai aujourd’hui aucun répit, aucun jour de repos face à ce tapage.


29/08
De : MD
Sujet : Nuisances sonores : extension des terrasses rue des abbesses
Je me permets de vous écrire car je n’ai trouvé aucune pétition/action collective contre le dispositif (abusif) de l’extension des terrasses dans Paris 18ème ; si ce n’est un article dans le web parisien. 
Je vous apporte mon témoignage dans l’espoir que nous puissions, ensemble, concentrer nos efforts pour pouvoir vivre tout simplement. 
J’habite rue des abbesses, rue réputée pour ses charmants bars et restaurants. Je ne trouve plus aucun charme à cette rue où les bars et restaurants ont pris le pouvoir. 
Depuis l’autorisation donnée aux restaurants/bars, la rue est très bruyante et on y circule difficilement (vu le contexte sanitaire j’ai du mal à comprendre) car les bars/restaurants se sont attribués les trottoirs et les ex places de stationnement voire carrément les places de livraison (coup d’état?)  
De plus, les bars ne respectent pas les horaires indiqués. Un petit bar à 2 numéros de mon immeuble a une terrasse qui contient en principe que 4/5 tables maximum. Depuis le de confinement, ils ont étendu leur terrasse jusque sous mes fenêtres (donc +2 numéros). Ils ne respectent pas la limite d’heure de 22h et le bruit perdure jusqu’à 2h, date de fermeture du bar. 
Les nuisances produites par ce bar qui s’est attribué sans aucune gêne l’espace public m’empêchent de me détendre et de dormir. Je pense que les nuisances produites par les bars à côté (le sancerre et autres) sont également en cause. 
J’ai contacté la mairie, sans succès, la police qui m’a renvoyé vers la mairie, sans succès. 
Je ne sais plus quoi faire à part déménager car j’ai la triste impression que la qualité de vie des riverains n’est pas au cœur des préoccupations de nos pauvres pouvoirs publics. 
Savez-vous s’il existe des actions mises en place ? Si oui, je me tiens à votre disposition pour apporter ma contribution car vu les nombreux témoignages je trouve cette situation intolérable et souhaite participer à quelconque action entreprise. 
Je reste à votre disposition et vous remercie pour votre réseau qui rassure et donne beaucoup d’espoir. Merci pour ce que vous faites. 


29/08
De : CF 
Sujet : Mêmes problèmes dans le 18e !!!
L’alcool et ses ravages…
Vacarme nuisances quotidiennes et parfois jusqu’à 3 heures du matin.
Après six courriers : mairie, commissariat central et appels au 17, pas d’intervention des uns et des autres.
Nous les citoyens qui payons des taxes pour nos communes devrions demander une compensation financière pour cette injustice.


28/08
De : SD
Sujet : Nuisance bar Hypnose rue de Trévise 75009
Je souhaite vous signaler les fortes nuisances sonores occasionnées par un bar en face de chez moi, L’Hypnose, 25 Rue de Trévise, 75009 Paris. J’habite au 2è étage en face et les nuisances sont extrêmement importantes. Ce bar n’a pas de terrasse, mais les clients sortent tous les soirs (du mardi au samedi, jusqu’à 2h du matin) pour fumer, discuter, et parfois consommer. Ils sont environ une trentaine dehors (parfois plus), sur la voie publique et, avec l’alcoolisation, ce sont des cris, des rires, des disputes de couples, des hurlements sans fin, voir des personnes malades…. Impossible de dormir pour moi et mes enfants 80% de la semaine. J’ai appelé le gérant, il dit mettre en place un système de vigile, mais cela empêche seulement les clients d’emmener des consommations dehors, il n’y a aucun respect du voisinage ni de la voie publique qui devient totalement privatisée pour ce bar . J’ai contacté le service  Bureau d’Actions contre les Nuisances Professionnelle qui m’a répondu, est allé voir le gérant, mais sans effet et me conseille d’appeler la police, seule compétente pour gérer les nuisance “à l’extérieur” de l’établissement. Je vais sûrement le faire, mais je voulais savoir si vous auriez des conseils car, en tant que particulier, je redoute quelque peu de déranger les services de police et de me retrouver face à des procédures. Pourtant, c’est insupportable, mon travail s’en ressent, mes enfants scolarisés ont également du mal à se concentrer et je me sens dans une impasse. Y aurait-il une association de quartier compétente qui pourrait rassembler des plaintes collectives ? Une autre voie pour obliger le propriétaire à garder ses clients à l’intérieur (puisqu’il ne dispose pas de terrasse officielle) ?
Je m’en remets à vos conseils, et vous remercie par avance pour votre réponse


28/08
De : OP
Sujet : Nuisances sonores d’une terrasse “éphémère” après 22h
J’habite en face d’un bar à vins, dans une petite rue autrefois calme, dans un quartier résidentiel du 6ème non loin de Montparnasse. Depuis le déconfinement, le bar en question (la “Quincave”, 17 rue Bréa) a installé une terrasse dite “éphémère”, qui ne désemplit pas, et qui ferme bien après 22h, et ce 5 soirs sur 7. Malgré l’absence de musique amplifiée, le bruit causé par les clients du bar est très notable, y compris fenêtres fermées, et ce jusqu’à 22:30, 23:00 et au-delà. La rue est étroite, et le bruit résonne d’autant plus. Le propriétaire du bar, malgré nos demandes répétées, ne fait rien pour y remédier (il faut dire qu’il a probablement doublé sa clientèle grâce à cette terrasse) – alors même que les autres terrasses (notamment un pub situé à 30 mètres) ferment, elles, à 22h précises. La police n’intervient absolument pas. Nous en avons parlé à la mairie du 6ème arrondissement, mais cela n’a débouché sur aucune action, et ils nous renvoient vers la mairie de Paris. Heureusement, nous pouvons dormir, mais ce bruit permanent quasiment tous les soirs est difficilement supportable, et nous sommes fatigués. Nous avons l’impression que les autorités se fichent de cette situation, et que nous n’avons aucun recours. Les témoignages de votre site font froid dans le dos. Que pouvons-nous faire ?


28/08
De : OA
Sujet : extention des terrasses espace public Paris 15
Nous venons d’apprendre que la Mairie de Paris vient d’autoriser les terrasses à rester sur l’espace public jusqu’au mois de juin 2021.
C’est une catastrophe ce n’est pas possible de ne pas tenir compte des riverains et des nuisances sonores et visuelles qu’ils subissent !!
Quelle action importante pensez-vous faire auprès de Mme Hidalgo pour qu’elle annule cette décision?


27/08
De : CT
Bonjour, je viens d’apprendre avec stupéfaction la prolongation des corona-terrasses jusqu’au 21 juin 2020. Or, dans ma rue (Boinod (75018) la charte n’est absolument pas respectée et la police n’intervient pas du tout malgré les nuisances. Envisagez-vous une action ?


24/08
DE : CD
Sujet : situation identique au 47 rue de Dunkerque à La Brasserie Bellanger.
Cet établissement a déjà été verbalisé pour un non respect d’autorisation de terrasse en 2019. Le triplement de la surface de la terrasse après le 02 juin génère un bruit dément avec 100 clients sous nos fenêtres!!! Après deux mois de confinement nous sommes de nouveau confinés sans possibilité d’ouvrir nos fenêtres. La charte de la Mairie n’est absolument pas respectée notamment en terme d’horaires, pas une seule fermeture à 22h!!! J’ai fait plusieurs signalements à la police, sur l’application dans ma rue, à la mairie etc… aucun contrôle ni sanction. NON A LA PERENNISATION DES TERRASSES EPHEMERES!!!!
Comment peut-on faire pour faire respecter notre doit à la tranquilité?


24/08
De : FC
Sujet : Nuisances sonores nocturnes
Ce mot pour vous signaler de fortes nuisances sonores nocturnes émanant du restaurant Le Saut du crapaud 16 rue des Plantes, 75014.
Depuis la permission donnée aux restaurants d’ouvrir leur terrasse élargie jusqu’à 22 h,je vous signale que ce restaurant n’applique pas cette règle.
Tous les soirs ils ferment leur terrasse vers minuit/une heure du matin, avec force bruits, rangements bruyantsndes chaises et tables. Le personnel reste jusqu’à 2/3h.
Lorsque le restaurant est fermé au public, comme c’était le cas hier soir dimanche 23/08/20, le personnel reste et fait une fête avec musique, cris, alcool, etc. jusqu’à 3 h du matin !!!
En face se trouve une Résidence seniors avec des personnes ayant souvent des pathologies dues à leur grand âge ! 
Nous sommes excédés !!!
Que pouvez-vous faire ?


23/08
De : AD
Sujet : Nuisances terrasse Covid rue Fbg Saint Denis
Nous habitons au 1er étage au dessus du restaurant Vishnu café, rue du Fbg Saint Denis, qui a installé une terrasse suite aux dérogations de la mairie de Paris. Le bruit est insupportable. Que pouvons-nous faire ?


22/08
De : TD
Sujet : nuisance rue Albert Thomas
Le bar de la rue Albert Thomas s’installe sur la voie publique et jusqu’à 3h du matin il y a du bruit causé par les clients ,cris et hurlements. Des tables de 4 avec 10 clients en moyenne et aucun masques ou gel. Cela dure depuis plusieurs mois et a empiré depuis que la mairie autorise les bars a s’installer sur la voie publique. Il s’agit du Gourbi Palace


20/08
DE : DD
Objet: demande d’intervention pour nuisances sonores 
J’habite un logement situé 15, rue Michel Lecomte 75003 Paris.
Je me permets de vous saisir d’un problème grave ( Bar l’enchanteur) situé en dessous de chez moi. L’ensemble de l’immeuble se préoccupe, non seulement du bruit, mais aussi de la sécurité du lieu qui nous paraît incertaine. Je vous demande d’intervenir rapidement car ce bar occupe une cave sans issue de secours avec fumoir et pratique le karaoke dans un endroit non conforme et strictement interdit en plus avec le covid rien n’est respecté en matière de gestes barrières, cela ressemble à une boîte de nuit, supposées être interdites. De plus, il y a déjà eu des débordements avec risques d’incendies. Cela fait des années que cela dure et personne n’y fait rien. J’espère que vous pourrez nous aider, pour la sécurité et le bien-être de tous, citoyens et mairie y compris.


18/08
DE : SM
Sujet : Ras-le-bol des terrasses “dite” éphèmères
Habitant des Abbesses (Paris 18 eme), j’en ai marre de voir le quartier ce transformer en centre commercial, alors imaginez ce que je pense de ces terrasses soit-disant éphémères!!. Je ne veux pas vivre chez “Terrasse Expo”!!!. Je souhaite donc suivre au plus prés le sujet. Faut-il adhérer à votre association? Si oui comment?
Et si ces terrasses deviennent pérennes, elles vont forcément déprécier mon bien: Que les cafetiers reversent aux propriétaires (ou syndic de copropriété) des immeubles concernés une partie de leur chiffre d’affaire!!! (mais ce serait leur donner un blanc-seing) 


14/08
De : NL
Sujet : Terrasse et clientèle hyper bruyante sans aucune mesure sanitaire
Rue Guersant à paris 17ème, l’établissement le Bistrot Gourmand propose des Happy hour de bière à partir de 17h du lundi au vendredi. Sa cliente devient de plus en plus alcoolisée avec les heures. Tout le monde hurle alors même que  le bar censé Fermer à 22h reste ouvert au moins jusqu’a 23h/minuit.
Aucun masque de la part du patron et ses employés.
Le trottoir est degueulasse et ça termine souvent en bagarre.
On a beau appeler la police rien n’y fait.
Nos enfants ne dorment plus et nous sommes dans un quartier hyper résidentiel.


14/08
De : MN
Sujet : quartier quai de seine
Au niveau des quais de seine dans le 13 e, rue françoise dolto et elsa morante: quasi toutes les nuits nous vivons un enfer( personnes qui sortent du bar à chicha et finissent leur soirée en hurlant et stagnant sous nos fenetres ( le”1001 nuits” ferme à 2 h…) Et les rodeos de voitures……..
C est de pire en pire…..


14/08
De : C
Sujet : Nuisances sonores à cause de restaurants
J’habite dans le 17e rue sauffroy au 5 et impossible de fermer l’oeil avant 4h du matin à cause des restaurants ouverts jusqu’à tard et des individus devant !
Une nuit sur deux cela dégénère en bagarres et impossible de dormir la fenêtre ouverte pendant la canicule du fait de ces individus !
Au secours !


12/08
De : PG
Nous subissons une vaste terrasse d’un bar/restaurant au 174 Boulevard Voltaire, qui fait un bruit invraisemblable tous les soirs jusqu’à environ 2h15 du mat, ensuite nous avons droit au bruit des chaises raclées sur le sol qui sont rentrées à l’intérieur, les derniers fêtards bien alcoolisées continuent à brailler et à souvent poursuivre par petits groupes leurs éclats de voix à coté de cet établissement. Il est rare d’avoir du calme pour dormir avant 2h30 du mat.


31/07 (15ème arr.)
De : CA
Sujet : Nuisances  sonores, 15eme
C’est par  le  Manifeste  adressé  à  la  Mairie  par  Vivre le Marais !  que  je  fais  votre  connaissance. Cela  fait longtemps  que  je  recherche une  structure  semblable à la  vôtre  et  je  me  réjouis  donc beaucoup de  vous lire. 
Les habitants  du 15eme   (Vaugirard/ Convention), arrondissement pourtant réputé  peu  festif et peu  branché, rencontrons  également  le  type de  nuisances  que  vous  décrivez. Celles-ci  ont  augmenté, à  la  suite  des mesures  imposées  par  la Mairie. Mais  c’est  un cauchemar déjà  ancien, et  de  plus  en  plus  difficile  à supporter. Et  il  est  évident  que  nous  ferions  mieux  de  nous  regrouper, plutôt  que  de  nous  épuiser  en   démarches  individuelles stériles. Je  voudrais  donc, tout  d’abord, vous  demander  s’il  était  possible  de vous  rejoindre. Je  constate  qu’aucun groupe  n’existe  pour  le 15eme, réputation – très  surfaite –  de paisibilité  oblige… Que  me  conseillez-vous  de  faire  ? 
Avec  tous  mes  remerciements  pour  votre  salutaire  action.


31/07 (2ème arr.)
De : BD
Situation identique dans la rue du Croissant 75002. Impossible de se reposer 
3 bars et 1 boîte de nuit ( le sacre) font de nos nuits 1 enfer
Je suis sous tranquillisants pouvoir dormir!!
De nombreux mails ont été envoyés sans AUCUNE réponse ni prise en compte de la qualité de vie .
Le bruit constitue pourtant une vraie «  pollution » reconnue par la santé publique !! C’est ça le résultat de l’alliance avec les écolos ???


31/07 (13ème arr.)
De : VM
Sujet : Nuisance sonore bar
je subis les nuisances d’un bar depuis des années au dessous de chez moi
hurlement à l extérieur du bar, les gens alcoolisés crient dans la rue, urine…
Et en période de grande chaleur impossible de dormir les fenêtre ouvertes.
Les reponsables du bar ne font rien, que faire …
Il s agit du Plug In Cafe , 60 rue Gérard 75013 Paris


30/07 (17ème arr.)
De: PL
Pour avoir emprunté cette rue mardi vers 19heures, je peux certifier que dans la partie ouest de cette rue, c’est “tout bistrot”, particulièrement entre la rue de Saussure et la rue Dulong.   Sur 70 mètres rive nord, la totalité du trottoir et largement sur la chaussée, il n’y a QUE de la terrasse, élégamment protégée par des palettes.    Je ne sais si ça ferme à 22 heures, comme les bistrotiers s’y sont engagés (mais tous n’affichent pas le document cosigné par leurs représentants).   D’après des informations  “tout Paris”, le bruit peut sévir bien au-delà de cette heure. Paris aime la fête… Pas sûr que ce soit l’avis des gens qui habitent la rue.    Va-t-on vers la pérennisation de ces installations après le 30 septembre, date annoncée primitivement pour le “retour à  l’ordre” ?


28/07
De : EG
Sujet : Nuisances Bar Restaurant
Suite à l’installation d’un bar/restaurant (mais qui n’a le droit de faire que de la restauration froide) le local n’étant pas équipé de conduite d’évacuation des fumées, juste en dessous de mon appartement situé au 1er étagé la nuit est devenu un enfer. De plus l’installation d’immense terrasse qui quadruple sa surface autorisée n’arrange pas les choses mais d’après ce que je viens de lire sur votre site, nous sommes loin d’être les seuls et il n’y a pas l’air de pouvoir faire grand chose par rapport au respect de cette fameuse charte. 
Et malgré la charte qui interdit la musique, il y a une grosse enceinte à la porte de l’établissement… et les horaires sont plutôt jusqu’à 1 ou 2h du matin.
Quand à l’accès du trottoir et à la porte d’entrée de l’immeuble c’est encore autre chose !!!
De plus même par l’intérieur le bruit monte, l’immeuble étant très ancien et non isolé je cherche donc quels sont mes recours pour le “forcer” à faire les travaux nécessaires et à lui faire installer un limiteur …
Merci de votre retour. Cordialement 


27/07 (17ème arr.)
De : MB
Sujet : Occupation places stationnement payantes par terrasses café et resto Paris 17
Habitants de la Rue des dames, nous sommes excédés par l occupation abusive des places de stationnement payantes et deux roues par des terrasses de café et restaurant qui ne respectent rien, ni personne et qui n ont qu une loi : la leur, et qu un seul leitmotiv : L Argent Au dépend de notre sécurité sanitaire et de celle de leurs clients. Au café restaurant Le Fagot situé passage Geoffroy Didelot, j ai pu constaté à maintes reprises le non respect des distanciation sociales, des tablées d une dizaine de personnes, de clients qui s embrassent sans masques, de serveurs sans masques, et des tables toujours plus proches et toujours plus nombreuses… Sans oublier les nuisances sonores, jusqu à très tard dans la nuit… Et que fait le maire du 17eme ? Rien
La police ? Rien. Le préfet ? Rien. Tout ça pour relancer l économie. J eu déjà entendu ça cf Trump aux États Unis et regardez où ils en sont aujourd hui. Dans le 17eme c est l omerta au profit de l argent… Le relâchement sur les terrasses rue des dames, rue Cherroy, boulevard des batignoles et rue de Villiers est édifiant et effrayant… De véritables bombes à Covid… De plus, les resto rue des dames et rue Cherroy  continuent leur service même après 22h, ce qui provoque tapage nocturne, ivresse sur la voie publique, bagarres, déchets laissés jusqu au petit matin sur les terrasses et aux alentours… Un paradis pour les parisiens au petit matin et une belle carte postale pour le peu de touristes que nous avons… Nous sommes désespérés de subir ces situations… Pouvez vous nous aider ?


25/07 (18ème arr.)
De : PB
Sujet : Bruits sonores des cafés vers le 55 rue ramey 75018 paris jusqu’à plus de 2 heures du matin toutes les nuits
Comment faire pour faire cesser le bruit des consommateurs de boissons alcoolisées vers le 55 de la rue Ramey- 75018 paris , qui nous empêchent de dormir toutes les nuits jusqu’à plus de 2 heures du matin, les consommateurs sont sur les trottoirs et hurlent, parlent très fort , nous sommes dans les cours intérieures et nous sommes embêtées par tous ces bruits sonores de ces cafés , c’est une honte, de plus la police ne passe jamais, et ces bruits nous empêchent de dormir, et lorsque les cafés ferment vers 2 heures du matin, les consommateurs alcoolisés continuent souvent de perturber la tranquillité des riverains jusqu’à plus de 6 heures de matin parfois.  
Merci pour votre aide éventuelle , et nous tenir au courant svp.


23/07 (2ème arr.)
De : CC
Sujet : nuisances des terrasses ephémères
La rue Montorgueil et les rues adjacentes sont devenues un enfer !
les restaurateurs ne respectent pas les horaires, ni les autres points de la charte qu’ils sont sensés avoir signé (pas de nuisance du voisinage, respect des distanciations..) , c’est inadmissible !
A en croire la pâge de Paris.fr concernant ces terrasses, les restaurateurs seraient les seuls a avoir subit une baisse de chiffre d’affaire (seulement 35% en moyenne) et de favoriser cette seule activité serait bien pour la diversite du reaseau social et économique. C’est se moquer des gens et des habitants de ces quartiers envahis de terrasses, ou on ne peut plus marcher sur le trottoir, ou on ne peut plus avoir le calme. Par ailleurs ces terrasses drainent tout une foule de délinquants venus d’ailleurs. Que faire pour que cela cesse, puisque les agents de la mairie de Paris ne font pas respecter la charte meme s’ils sont devant une extension de terrasse a 23h !! que faire??


23/07 (6ème arr.)
De : EW
Sujet : Piétonnisation îlot Canettes et nuisances sonores
Suite à la piétonnisation des rues Guisarde et Princesse dans le 6ème arrondissement de Paris, plusieurs restaurateurs ont installé des tables sur la chaussée et obstruent la circulation en ajoutant, en plus, des cônes et des barrières. Les véhicules desservant ces rues ne peuvent plus passer, contrairement aux disposition de l’article R110-2 du code de la route. Les services de secours à la personne seront considérablement ralentis si, par malheur, ils devaient intervenir à l’heure des repas. La responsabilité de la mairie de l’arrondissement ou de la ville, au courant de tels agissements, serait-elle engagée si le pire venait à se produire?
D’autre part, la clientèle des bars s’attarde désormais sur la chaussée puisque plus aucun véhicule n’y circule. Elle ne fait preuve que de peu d’égards pour la tranquillité des riverains qui vivent derrière les façades d’un quartier qu’elle semble considérer comme un décor de Disneyland.
Ces rues ont toujours été bruyantes, notamment certains soirs de fête et les habitants supportaient ces désagréments occasionnels; mais la piétonnisation a étendu ces nuisances à tous les soirs de beau temps.
De quels recours disposons-nous avant que ce désordre ne devienne pérenne?


23/07
De : SF
Sujet : signalement d’une nuisance bruit
J’ai fait un signalement à la Marie de Paris concernant une terrasse éphémère qui ne respecte pas la tranche horaire et dont la nuisance  sonore au delà de 22h est extrêmement élevé.
De leur aveux, ils ont un nombre considérable de plaintes mais n’ont pas les moyens de verbaliser car trop peu nombreux….
J’ai rédigé une pétition en ligne, si le texte vous convient, pourriez vous la proposer sur votre site? http://chng.it/FjNKgndKhM


23/07 (18ème arr.)
De : SC
Sujet : bruit
J’habite Paris 18 et le bruit depuis que la mairie a autorisé les terrasses des bars est un cauchemar. Je ne sais pas quoi faire. J’ai peur que la mairie prolonge l’autorisation. J’ai envoyé un message sur Facebook mais je suppose que je n’aurais aucune réponse.


22/07 (2ème arr.)
De : SP
Sujet : nuisances sonores Place des Petits Pères
Nous sommes résidents depuis de nombreuses années sur cette délicieuse Place des Petits Pères(2éme).Ce que nous aimons et apprécions, c’est son calme et le silence des soirées.Pourtant un café installé depuis toujours à l’angle de la Place et de la rue du Vide-Gousset nous procure des soucis de nuisances sonores depuis le déconfinement et l’autorisation d’extension des terrasses.Ça veut dire 3 fois la capacité d’accueil d’origine et tout en extérieur la “musique “trop forte et des créneaux horaires hors réglementation.Doit-on subir la loi du plus fort ou y-a-t-il un moyen de faire respecter notre tranquillité d’avant?merci.


19/07 (1er arr.)
De : XY
Sujet : Nuisances terrasses éphémères
Je lance ici un appel à l’aide. Depuis l’ouverture des terrasses éphémères supposées fermer à 22H, tous les bars et restaurants de ma rue les ouvrent jusqu’à la fin du service (minuit/1h pour les restau et 2h / 3h (!!!!) pour les bars).
Sachant qu’en plus un bar de nuit existe, qui fait rentrer sa clientèle à 2h pour la libérer à sa fermeture à 5h du matin en prenant soin… de leur service à tous un verre juste avant leur départ.
C’est scandaleux, ça se passe toute la semaine…
Les jeudis/vendredis/samedis ça se calme donc entre 2h30 et 3h pour reprendre de plus belles à 5h…
Ça fait presque 2 mois que je ne dors plus convenablement, je suis au bout du bout, j’ai besoin d’aide…
J’habite dans le premier arrondissement. J’ai téléphoné à la police sans succès, téléphoné à un des bars sans succès, déposé une main courante sans succès, j’ai envoyé un mail à “nuisance pro paris” et attends leur retour. J’en fais de même avec vous…
Honnêtement je ne sais plus quoi faire… Certains amis m’hébergent de temps en temps pour ne pas que je devienne fou et ruine ma vie déjà compliquée, mais ce n’est pas évident pour eux et très gênant pour moi…
Je comprends les difficultés pour les bars (bien que je comprenne les difficultés pour les autres commerces qui eux n’ont pas la chance d’étendre leurs activités, bien que généralement moins nuisibles…).
Mes journées sont longues et épuisantes, je ne peux plus ne pas dormir. Ce n’est pas pour autant que je gêne les autres illégalement pour me “refaire” de ces moments difficiles… C’est totalement dégueulasse, j’en peux plus…
Que puis-je faire ? ….


17/07 (11ème arr.)
De : BM
Sujet : Non respect du fermeture de terrasse après 22h 
Ma question concerne les mesures mises en place suite à la période de confinement levée le 11 mai. Résident de la rue de Lappe, les nuisances sonores étaient jusqu’à présent vivables, puisqu’étant côté cour, même si cette dernière donne sur une ruelle perpendiculaire à la rue principale.
Le bar donnant sur cette ruelle ouvert une terrasse éphémère avec demande auprès de la maire (charte et numéro d’autorisation affiché). Je constate malheureusement que depuis maintenant 2 à 3 semaines cette mini-terrasse éphémère continue d’être exploitée après 22h, avec diffusion de musique depuis l’intérieur du bar (porte ouverte) et consommateurs bruyants.
Je suis tout à fait conscient que le confinement des derniers mois a eu une forte impact que les bars qui cherchent à “compenser” rapidement le manque à gagner, et que la situation actuelle n’est que de transition, mais savez vous qui contacter afin d’engager un contrôle ou une discussion sur ces nuisances ? J’ai pu voir plusieurs contacts proposés sur votre site mais suis un peu perdu quand à la bonne procédure.


16/07 (15ème arr.)
De : C
Sujet : Non respect de la fermeture de la terrasse temporaire du bar à 22h
Le bar situé au 111 rue Saint Charles 75015 ne ferme pas sa terrasse à 22h comme c’est prévu pour les terrasses temporairement autorisées sur la route et le trottoir. Qu’est-ce que je peux faire ? 


 16/07 (17ème arr.)
De : MB
Sujet : Occupation places stationnement payantes par terrasses café et resto Paris 17
Habitants du 17eme à Paris, travailleurs, parents, commercants artisans, personnel médical, livreurs, nous sommes excédés par la disparition systématique des places de stationnement depuis le 31 mai 2020 suite à la décision d’Anne Hidalgo de laisser les restaurants et cafés occupés librement gratuitement et sans limite les places de stationnement dédiées normalement au stationnement des usagers…suite à nos réclamations, Il y a une omerta à la mairie du 17eme, au commissariat de police du 17eme, des restaurants et cafés,. Et nous, nous subissons et devons nous taire devant la vindicte de certains restaurateurs qui par exemple, ont pris possession de la Rue des dames paris 17eme…
Nous sommes excédés de parler à des restaurateurs qui ne pensent qu à leur chiffre d’affaire, et mettent en danger la vie de leurs clients sur leurs terrasses dites ” provisoires” en fermant les yeux sur les distanciations sociales entre les clients, en laissant des tablées de 10- 15 personnes. Et ils affichent une charte dans les devantures de leurs restaurants qu ils ont signé  ou ils promettent des choses, mais qui ne sont ni respectés ni appliqués.. Ainsi ” leurs  terrasses” dites provisoires de 8h à 22 h, c est du provisoire qui dure 24 h sur 24. Avec son lot de palettes installées devant des creches publiques, devant des entrées d immeuble, sur des places de livraison, devant des librairies, des bureaux de poste, des vois d, accès pour les pompiers, tout leur est permis et autorisé…
Svp Aidez nous ! Nous sommes excédés


14/07 (20ème arr.)
De : ZE
Sujet : Bruit aux bars rue sorbier 75020
Parisienne amoureuse de paris, je ne supporte plus les bruits incessants qui ne cessent d’augmenter avec les Années en effet mes fenêtres donnent sur la rue sobier déjà bruyante mais depuis la réouverture des terrasses le 2 juin cela a empirer pour nous les riverains ! Car fêtes sans limites fanfares en pleine semaine discothèque clandestines en pleine rue surtout un bar à marqué le coup depuis son ouverture  (la dérive 75020 paris ) Merci de s’intéresser aux familles et à leur santé mentale et psychologique car je suis à deux doigts de quitter cette ville que j’aime tant! 


14/07 (10ème arr.)
De : AS
Sujet : nuisance musique amplifiée d’un restaurant
Je réside au 25 BD de bonne nouvelle, Rue thorel s’est installée un restaurant qui depuis  l’autorisation post confinement d’avoir une terrasse en trottoir en profite pour diffuser de la  musique des midi jusqu’à 15H et de 19H à Minuit. Malgré mes nombreux appels  et qui conduisent à ce qu’ils baissent le son, je ne peux pas me résoudre à devoir les appeler chaque jour pour leur demander de bien vouloir respecter la tranquillité du voisinage qui plus est en télé travail. 
Sur le boulevard bons nombres établissements font n’importe quoi depuis cette crise, entre le théâtre du gymnase, le bar à chicha, le mamie Burger nous avons droit chaque jour et soir ou presque à un excès de volume sonore réellement indécent. 
J’espere que vous serez attentifs à cette situation qui sans etre specialiste me semble correspondre à des violations de règlementations en matière de diffusion de musique par des établissements qui devraient être au fait.
Il s’agit d’une réelle souffrance quotidienne .
Merci par avance pour votre aide.


12/07 (1er arr.)
De : NC
Sujet : Nuisances sonores Paris 1er
J’habite au 9 rue du Bouloi  face à deux établissements situés au 7 rue du Colonel Driant : le Iovine’s et le Danard.
Depuis 5 ans , j’ai fait de nombreux signalements concernant le Iovine’s qui a une clientèle qui génèrent énormément de bruit. Le personnel aussi parle hyper fort avant et après les services et font des départs en fanfare. Sympa vers 1h du matin !  Concernant les extensions de terrasses autorisées, ça serait bien que ces établissements jouent le jeux et ne les laissent pas jusqu’à la fermeture. Par rapport à d’autres, ils ont beaucoup de chance, le trottoir est grand et très large. Ces extensions augmentent les nuisances sonores qui étaient déjà pénibles et en plus j’ai ouï-dire que la Mairie souhaite pérenniser cela. C’est vraiment faire fi des riverains qui donnent sur rue et qui doivent se lever le matin pour aller bosser.
Est- ce que le but et de diminuer les nombre de résidents dans le centre de Paris ? D’où une Mairie pour 4 arrondissements (certes petits) ?
Quand on se déplace en tant que piétons dans le centre de Paris  envahi par les terrasses, nous sommes obligés de slalomer entre les tables, voire marcher sur la chaussée.
C’est l’anarchie totale, les terrasses sur les places de parking (avec installation de plancher !!!!), façon insidieuse de virer la voiture… C’est moche et pas très courageux.
Je vous remercie de bien vouloir rappeler les règles à ces établissements qui ont des droit mais aussi des devoirs.
Bien cordialement,


11/07 (6ème arr.)
De : IP
Sujet : Rue de Vaugirard – installation des terrasses
Je tiens à sognaler que la rue de Vaugirard le petit bout entre rue de Medecis (sénat) et rue monsieur le prince (allant vers La Sorbonne) est devenu insupportable depuis que les 4 restaurants y ont installé des terrasses sur la rue en supprimant la majorité des parkings. La rue était assez calme hormis les bruits des voitures à des heures de pointe, maintenant on ne plus dormir ni regarder la télé à volume normal ni ouvrir le balcon car il y a des bruits permanents des gens, des odeurs de la nourriture etc. Je comprends les soucis de chiffre d’affaire des restaurant mais c’est pas une raison pour pourrir la vie à tout le voisinage. Je ne sais pas aps si c’est temporaire ou permanent.


11/07 (17ème arr.)
De : DC
Sujet : Terrasse qui empêche le passage avenue Niel
La boulangerie Meunier au 29 avenue Niel qui n’etai jusqu’en mars 2020 qu’une simple boulangerie avec juste quelques tables dehors a profité du deconfinement pour rajouter une rangée de tables. Résultat, sur le trottoir de l’avenue Niel, pourtant assez larges, impossible de se croiser  il faut même se faufiler entre les tables pour passer. Est ce que la boulangerie a une autorisation administrative pour s’approprier l’espace public et engendrer de telles nuisances pour les passants. ?


09/07 (9ème arr.)
De : SF
Sujet : Nuisance sonore
Depuis la création de sa terrasse éphémère, Le Lao Bar situé au 7 rue de Douai, ne respecte pas la charte et exploite cette terrasse au delà de 22H avec pour conséquence le bruit régulier et de niveau très élevé des groupes de personnes attablées ou debout jusqu’à minuit ou 2 heures du matin.
Je comprends que la ville de Paris autorise ces terrasses alors que ces commerces ont subit la crise du COVID-19, cependant je ne comprends pas pourquoi la ville de Paris ne fait pas respecter la charte qu’elle a elle même édictée et qui est affichée sur la porte d’entrée de tous les bars.
J’ai fait un signalement auprès de nuisances-pro@paris.fr….


07/07 (18ème arr.)
De : AB
Sujet : Nuisances sonores restaurant Les Initiés Paris 18
Je vous contacte suite à des problèmes de nuisances sonores provenant du restaurant Les Initiés, situé au 84 rue Championnet 75018.
Depuis la réouverture après le confinement, les nuisances endurées sont extrêmes: extension de terrasses jusqu’à 2 heures du matin, musique très forte avec toutes les toutes les portes et fenêtres ouvertes, accueil de nouveaux clients sur l’extension de terrasses bien après 22h, etc.. 
Veuillez trouver ci-joint des exemples avec 2 photos prises après 22h, et vers 23h30 montrant que ce restaurant ne respectent absolument pas la tranquilité des riverains.
J’ai eu l’occasion de discuter avec quelques voisins de mon immeuble, qui sont également très dérangés par le restaurant Les Initiés. Je ne sais pas s’ils prendront le temps de faire un signalement, mais je suis loin d’être le seul dans cette situation.De mon côté cela fait plusieurs soirs de suite que je dois dormir sur mon canapé pour avoir un tout petit peu moins de bruit que dans ma chambre, que mon bébé n’arrive plus à s’endormir correctement, que j’utilise des boules quies, et que je me demande si je ne vais pas me faire prescrire des somnifères.
A savoir que ce restaurant Les Initiés a déjà fait objet de nombreuses plaintes et signalements dans un passé récent, et rien ne change.
Afin de pouvoir faire accélérer les choses, est-il possible de faire quelque chose de mon côté? Dépôt de plainte auprès du commissariat pour nuisances sonores? Contact d’autres organismes?Par avance merci et bonne soirée.


06/07 (7ème arr.)
De : CT
Sujet : bruit extension de terrasse
J’habite une résidence pour retraités Parisiens dont je suis l’agent social gardienne depuis 30 ans
Depuis l’extension des terrasses (en face nous avons un restaurant Les Truffes et une brasserie La Malabar) avec qui depuis son installation nous avons eu beaucoup de nuisances sonores musique clients alcoolisés etc….Le 3 juillet sans que nous en soyons informés le chef cuisinier du restaurant L’ami Jean  a trouvé l’idée de bloquer la rue Malar ceci tous les jeudis avec sa 
notoriété je pense que l’autorisation n’a pas du etre difficile à avoir . Je suis consciente que leur profession doit avoir du mal à reprendre mais nous riverains nous ne sommes pas responsable 
de se problème.En temps normal les terrasses doivent fermés à22h mais !!!!!! J’écris aux noms des résidents et de beaucoup d’autres personnes qui je pensent baisse les bras Paris est devenu bruit et sale c’est bien triste 


02/07 (14ème arr.)
De : SC
Sujet : Le « tout le monde en parle » Montparnasse
Je voulais vous signaler et vous contacter pour savoir si vous aviez déjà reçu des signalements sur le bar/boîte/restaurant Le tout le monde en parle qui se trouve au dessus du centre commercial Montparnasse ?
Réouvert depuis deux semaines, c’est musique à fond sur la terrasse jusqu’à 2h du matin (voir jusqu’à l’aube). Je ne suis pas directement à côté mais dans une rue adjacente, au 7 étage, et depuis la reouverture, c’est boulquies obligatoire 4 jours par semaine 🙁 
Comment peuvent ils avoir obtenu une autorisation en extérieure en plein centre de Paris sur des horaires nocturnes qui sont ceux d’une boîte de nuit ?
Si vous avez des suggestions pour que je puisse agir ? Police ? Mairie ? 
Je vous remercie par avance, l’été risque d’être un calvaire.


De : CG (9ème arr.)
Sujet : Terrasse abusive
Bonjour je voudrais savoir où se renseigner pour tu c’est commerce qui s’accapare toutes les places de stationnement de rue abusivement dans ma rue il n’y a plus aucune place de stationnement juste une pour handicapé il y a même des places occupé par des établissements de nourriture à emporter comment faire quand nous sommes résidents de la rue merci de me répondre nous ne savons plus quoi faire nous sommes rue Godot de Mauroy Paris 9e


De : AO (13ème arr.)
Sujet : Nuisances sonores
J’habite dans le 13ème arrt secteur Bibliothèque Mitterrand.
Vivre là bas devient de plus en plus difficile. Cela va faire 9 ans que j’y vis. Les Etés ont souvent été bruyants. Mais cette année est très particulière ; depuis le déconfinement, je suis réveillée toutes les nuits  : fêtes sauvages dans des voitures en stationnement ; cris , hurlements, chansons, poste de musique sur les marches de la bibliothèque. Cette nuit c’était une quinzaine de pétard ! J’ai cru que mon cœur allait sortir  de mon corps tellement j’ai eu peur. J’ai quelques vidéos de mes réveils nocturnes. J’ai appelé une fois un commissariat ; mais personne n’est venu. Je me sens désemparée et démunie face à cette situation de plus en plus envahissante. Depuis le déconfinement c’est ça toutes les nuits, ya pas de pause. Ce n’est plus que le Week-end. J’ai écrit à la Maire de Paris, à la Maire du 13ème, à la préfecture de Paris  :aucune réponse. Je paye plus de 15 000 euros d’impôts, une taxe d’habitation, un loyer !!! Et je n’ai aucun soutien , je suis fatiguée, je dois me lever tôt pour aller travailler ! mes nuits dépendent des saccageurs, des gens irrespectueux ! ce quartier est laissé à l’abandon des fêtards, des dealers et des alcooliques qui ne savent pas s’arrêter. Personne ne les arrête.  Merci de m’avoir lu, enfin j’espère que vous aurez pris le temps de me lire. Bien cordialement


30/06 (11ème arr.)
De : SY
Sujet : Terrasse trop bruyante la nuit 
Je vis au 26 Rue des Taillandiers 75011 et le café en face de chez moi fait trop de bruit. Quand ce n’est pas la musique ce sont les clients qui ne font pas attention même à plus de minuit.


27/06 (11ème arr.)
De : FM
Sujet : Nuisances sonores bar
Depuis 2008, nous nous bataillons sans succès contre les nuisances sonores d’un bar dont l’objet est de proposer de la musique portes closes,  rue des Taillandiers au rez-de chaussée de l’immeuble voisin du mien. Le trottoir étant étroit, aucune autorisation de terrasse n’est possible. Néanmoins, les clients sortent et stationnent pour fumer, boire et alcool aidant parlent fort, rient etc…
Nous avons un contact, le gérant est réactif (il a embauché un videur) mais il faut sans cesse lui rappeler notre existence ce qui devient usant.
Le confinement a été un bonheur pour nous.


25/06 (15ème arr.)
De : MD
Sujet : terasse rue Nélaton 15eme
Je découvre avec mécontentement qu’un bar d’angle installe en ce moment meme une terrasse sur l’emplacement dédié aux livraisons.
cette rue est d’ordinaire très calme et je crains que cette extension subite provoque des nuisances sonores pour les riverains qui n’ont pas été consultés.
existe t-il un recours pour faire annuler ces installations? est ce que ces installation favorisées par la mairie de Paris suite au covid perdureront elles ?


23/06 (11ème arr.)
De : C
Sujet : Terrasse provisoire bar 11e
Le bar l’Assassin situé au 99 rue Jean-Pierre Timbaud dans le 11e a installé une terrasse provisoire en face de sa terrasse habituelle. Aucune autorisation n’est affichée. De plus cette terrasse reste ouverte bien après 22h, heure limite de fermeture.
Ce bar avait ré-ouvert le samedi 30 mai, avant la date officielle du 2 juin.
Quel moyen avons-nous à notre disposition pour déclarer les nuisances constantes de ce bar qui ne respectent aucune réglementation ?
Merci pour aide.


23/06
De : YP
Sujet : Agrandissement terrasse sur la chaussées
Je vous écris car j’ai un profond ras-le-bol de ces terrasses « temporaires » qui ont installé des aménagements fixes sur les places de parkings mais également de livraison. J’en ai assez, je suis à bout ! 
La dernière fois en rentrant chez moi après être allée chez le pédiatre pour mes jumelles de 2 mois, impossible de me garer, il n’y avait plus de place ! Les bars et les restaurants séquestrent les places de parkings allant parfois jusqu’à 3 places pour un restaurant. Dans ma mésaventure, j’ai failli faire tomber une de mes filles. Déjà que je galère pour le manque de place sur les trottoirs avec une poussette double mais là je n’en peux plus !


23/06 (11ème arr.)
De : AE
Sujet : nuisances sonores rue saint maur
depuis l’extension des terrasses, je vis un enfer en termes de tapage nocturne, comme cela est très bien décrit dans toutes vos publications. je suis prête à entamer des démarches (la mairie de paris comme vous le savez bien ne répond pas, le commissariat ne répond pas, les propriétaires de cafés et restaurants sont dans une demarche agressive de défi etc…) , mais je ne vois pas d’association de riverains dans mon quartier. en auriez vous une à me conseiller ?


21/06 (15ème arr.)
De : HX
Sujet : Nuisance Bar Quai de Seine
Depuis 1 semaine un nouveau bar extérieur s’est installé en bas du rer c Javel, sur les quais de Seine. Concerts tous les soirs ! Je précise du coup que ce bar ce trouve dans le 15eme et que je vie de l’autre côté de la Seine, dans une petite rue adjacente du 16eme et je les entends comme ci c’etait En bas de chez moi. Que faire ? La police ne semble pas agir.


21/06 (10ème arr.)
De : FK
Sujet : Nuisances liées aux extensions de terrasses
Je suis habitant de Paris 10, et directement concerné et sensible aux enjeux liés à ce que vous appeler les établissements « voyoux » coutumiers des terrasses illégales.
L’extension des terrasses a permis à notre bar du coin de la rue d’étendre sa terrasse sur la totalité de notre rue en largeur comme en longueur, privatisant de fait l’espace public.
Qui plus est, et bien entendu, la terrasse n’est jamais démontée à 222h (et d’ailleurs, jamais avant minuit).
Signalements à la police, sur « Dans ma rue », au bar en direct… aucun effet.
J’ai aussi hier et aujourd’hui renvoyé des formulaires de signalement ainsi qu’écrit aux élus de la ville et de mon arrondissement.
Savez vous, d’expérience, quelles autres démarches peuvent aboutir? Porter plainte peut-il être utile?
Enfin, si vous avez besoin de soutien, d’une inscription / adhésion, n’hésitez pas à me recontacter!


19/06 (2ème arr.)
De : JLM
Sujet : Nuissance terrasse – le Tub – l Entracte
Bonjour, je suis membre du conseil de copropriété au 21 rue des petits champs. L immeuble est traversant et de l autre côté au 26 rue du beaujolais nous avons le tub et l
Entracte, avec les droits de terrasses, c’est un enfer. Nous étions déjà en procédure avce notre avocat maître Jobelot, mais la c’est la catastrophe avec des nuisances qui se prolonge jusqu’à 1.00 du matin sans problèmes. Nous sommes un peu inquièts de la tournure que le dossier prend et nous sommes sans aide véritable. Je cherche des solutions. La mairie de nous aide pas et la préfecture de police semble ne pas avoir envie d agir et dis que c’est le rôle de la
Police municipale qui n existe pas . Pouvez vous nous conseiller? Merci.


16/06
De : CG
Sujet : Renseignements en vue d’une action collective contre le bruit à Paris
J’habite une rue dont le bruit a explosé ces dernières semaines, principalement en raison de l’extension des terrasses.
J’ai pris contact avec l’adjoint de la mairie chargé de ces questions : il ne bouge pas. Je commence à prendre des contacts avec des riverains d’immeubles voisins concernés par le même problème. 
Votre site comporte de nombreuses ressources, et je vous en remercie. J’aurais aimé échangé avec des personnes du Réseau pour collecter des conseils sur la manière d’ériger notre cause commune, le droit à la tranquillité des riverains notamment à partir de 22h, en action collective imminente. 


14/06 (17ème arr.)
De : G
Sujet : apres covid et le bruit
Je suis habitante du 17e arrondissement limitrophe 18, depuis 3 ans une association a pu avoir l’exploitation et la rénovation de l’ancienne gare de Saint Ouen au 128 avenue St ouen 75018. Ce qui n’a pas été dit quand le projet a été annoncé c’est qu’il s’agit d’une société de spectacle le Hasard ludique, avec des ouverture tardive sur une bonne partie de la semaine allant parfois jusqu’à 5h du matin. J’ai contacté l’établissement. Mais je n’ai obtenu que des promesses de faire des efforts et rien de plus. Maintenant et après les deux mois de fermeture à cause du covid19, les affaires reprennent et l’établissement nous a mis une affiche sur la porte d’entrée de notre résidence pour nous demander des sacrifices et de la compréhension pour accepter les genes que leurs activité pas “très covid compatibles ” (l’expression est la leur) et voilà terrasse bondée, et bruit jusque’à 1h30 (l’heure à laquelle je vous écris). Que faire ? est-ce que l’anarchie est une fatalité ?


10/06 (11ème arr.)
De : JG
Sujet : Nuisances sonores
Je vous écris car nous sommes désespérés par le bruit causé par un bar dans notre quartier du 11e. 
Depuis  son ouverture il y a quasi un an, celui-ci ne respecte pas le voisinage. Depuis leur réouverture, ils ont agrandi la terrasse sur les places de livraisons et ne range pas la terrasse à 22h. Ce n’est plus vivable. Je suis déjà allée parler avec un des patrons il y a à quelques mois mais il ne voulait pas vraiment m’écouter . Nous sommes plusieurs à nous en plaindre. 

09/06
De : CS
Sujet : nuisance sonore terrasse
Je souhaiterais savoir quelles sont les demarches pour faire diminuer les nuisances liées a une terrasse en face de chez moi , d’un bar restaurant avec terrasse ouverte exterieure. 
Ces nuisances m’empechent régulièrement de pouvoir ouvrir mes fenetres la nuit sous peine de ne pas pouvoir fermer l’oeil. Avec les autorisations d’extension de terrasse données par la mairie, la terrasse a deja doublée de taille et envahi le trottoir opposé, ces extensions perdurent souvent en partie apres 22h. Je crains le pire pour cet été.
La police ne se deplace visiblement pas.
Quelles demarches faire à la mairie ou ailleurs?
Merci de vos conseils.


09/06 (10ème arr.)
De : FP
Sujet : Rue du Faubourg Saint Denis, rue de l echiquier
Cela fait 6 ans que je vis dans ce quartier. En 6 ans, de plus en plus de bars à tous les coins de rue. Les gens sont alcoolisés de 17h à 2h du matin. Tout le monde parle fort et cris. Et plus on avance dans la nuit et plus le quartier est bruyant. Sans parler des violences entre les consommateurs de biere. La rue de l Echiquier, pourtant calme quand je me suis installé, est devenue une petite rue très bruyante où tout résonne. 
A l angle de la rue Mazagran / Echiquier on peut y trouver 3 bars dorénavant. C’est juste incroyable.
Ce sont des quartier où il est impossible d’ouvrir les fenêtres sur rue et meme avec les fenetres fermées les sons traverses. 
Dommage pour ce quartier qui est devenu un bistrot géant ainsi qu une pissotiere géante. 
Je decide donc de quitter ce quartier et Paris par la même occasion. Paris a voulu être une capitale où l’on sait faire la « fete » comme dans toutes les autres capitales (un beau copié/collé). Bravo c est réussi! En plein dans le mille. Pour ma part je trouve une certaine tristesse à tout cet alcoolisme de fond. Je souhaite bon courage à ceux qui subissent.


09/06
De : JC
Sujet : Nuisances sonores et débordement de terrasse autorisée.
J’habite au 15 rue de la Reynie 75004 Paris, rue piétonne, et je subis des nuisances sonores quotidiennes provenant d’un bar, situé à la même adresse. En effet, ce bar ayant une terrasse autorisée limitée, ne s’encombre aucunement de la réglementation qui l’incombe et laisse sa clientèle déborder dans la rue, attroupant des dizaines et des dizaines de personnes. Afin de faire profiter sa musique à sa clientèle dans la rue, il ouvre en tout impunité les portes de son bar. J’ai tenté de trouver un terrain d’entente avec cet établissement mais qui est resté sans suite. La police ne s’est jamais déplacée, malgré les multiples appels. 
De plus, j’ai subis une agression physique et verbale du propriétaire de l’établissement qui m’a conduit à déposer plainte. La procédure est en cours…
Je vous contacte car je me sens démunis face  à cette situation, et j’aimerai avoir votre conseil afin de connaitre la marche à suivre.


06/06
De : M
Sujet : Tapage nocturne bar 
Nous subissions depuis un long moment des nuisances sonores insupportables dues à là présence sur la chaussée des clients du bar le Viaduc Café avenue Daumesnil 75012 au delà de 2h du matin : des bruits incessants et des hurlements, des odeurs d’urine et des débris de cannettes de bières devant notre grille d’entrée de la résidence 39 avenue Daumesnil 75012.


03/06 (5ème arr.)
De : SM
Sujet : Nuisances sonores nocturnes
Je me permets de vous contacter car je suis inquiète quand aux nouvelles nuisances nocturnes causées par les bars au pieds de mon immeuble.
J’habite rue du pot de fer dans le 5ème arrondissement et cette rue a toujours été un véritable foutoir. Les commerçants ne gèrent pas leur clientèle et la rue devient tellement bruyante que la plupart des habitants dorment avec des boules quies. Cela fait des années que l’on subit les nuisances mais personne n’intervient pour remettre un peu d’ordre car rue commerçante… 
Les 2 mois de confinement ont été un véritable bonheur pour tous les habitants de ce quartier habituellement trop animé les soirs. J’aimerai donc savoir si la ville de Paris à pris des mesures par rapport à la réouverture des bars et au problème des nuisances nocturnes qui reprennent jusque 2h du matin depuis hier. J’avais cru comprendre que des horaires ont été mis en place.


03/06 (11ème arr.)
De : CB
Sujet : Non respect de l’extension d’une terrasse
Fortement dérangés par les fumées d’un bar à chicha qui s’est installé au bas de notre immeuble au 49 avenue de la République dans le 11 ème (préoccupation que nous partageons avec nos voisins du 47) , nous sommes désormais confrontés à l’extension “sauvage” du même bar qui déborde largement des limites matérialisées sur le trottoir. En outre, sa terrasse reste installée jusqu’à 23h30/minuit.
Comment faire respecter les “obligations” de ce commerçant? A qui s’adresser?


02/06
De : BD
Sujet : Café et bars à ciel ouvert dans Paris
Je vous adresse mon témoignage de la dégradation très importante de la qualité de vie dans Paris depuis que la mairie a été reprise par Hidalgo .
Ainsi , les autorisations données aux bars et restaurants de s’approprier l’espace public SANS CONCERTATION est un danger pour les résidents que nous sommes
Ce bruit me stress tellement que je suis sous lysanxia pour pouvoir dormir 
La mairie ne veut pas de Airbnb mais sa politique chasse les parisiens de la ville .. 


03/06DE : FT
Sujet : Abus tapage nocturne et Alcoolisation publique
Bonjour, nous faisons partie de voisins qui souffrent depuis longtemps des incivilités de toute sorte de la part de deux commerces dans la Rue de Lancry. 
Le bar le 50 (ferme pour l’instant) au 50 de cette rue et leur comparse d’incivisme volontaire la pizzeria chez alberto au 55 rue de lancry. 
A quand les contrôles de cette situation insupportable que vient de s’aggraver avec la liberté d’utiliser les trottoirs? 
Qui contacter pour empêcher ces abus et faire respecter au moins le droit de se reposer la nuit. 
Ces commerces ne respectent ni les horaires de fermeture ni la tranquillité du quartier.
Les centaines de coups de fils au 17 n’ont pas permis de calmer cette situation.
On est de tout cœur avec votre démarche et nous nous associons complètement.


02/06
De : NG
Sujet : Location au dessus d’un bar
J’habite depuis 16 ans au premier etage au dessus d’un bar. J’ai ni les moyens, ni les documents nécessaires pour pouvoir déménager si non je l’aurais fait. 6 jours par semaine je subi du bruit parfois tres fort des concerts live, du musique du dj et des gens qui hurle qui passe a travers le sol. L’immeuble est ancien et malgré l’effet qu’il as deux ans ils ont soit disant insonorisé on entend toujours beaucoup et c’est invivable. Je suis mère célibataire avec un enfant de 8 ans. Je dois me lever tôt et je suis épuisée tous le temps. Le confinement as presque été un bénédiction pour moi car pour la première fois depuis 16ans jai pu dormir. On est dans un petit immeuble et malgre l’effet que lew autres locataires soit déranger par des portes qui claquent dans les parti central de l’immeuble et les clients sur les trottoirs je suis le seule appartement qui est vraiment au-dessus du bar, donc je suis la seule qui subi directement le nuisance sonore de la musique, les hurlements et les bruits du menage etc… l’idee qu’ils vont rouvrir bientôt d’abord on faisant du bruit sur la rue jusqu’à 22h ce qui est mieux que du bruit jusqu’à 2h du matin me désespère et me donne envie de pleurer. Jen peux plus de cette situation et les polices se déplace rarement vois plus du tout. Je ne sais plus oy tourner mais revivre ca me semble . cauchemardesques. Merci de votre aide!


02/06
De : AZ
Sujet : Autorisation d’agrandissement des terrasses
La maire de Paris ayant proposé et autorisé les tenanciers de cafés et restaurants d’occuper encore davantage l’espace public (et sans surcoût) doit on s’attendre à une vigilance accrue des pouvoirs publics pour en limiter les nuisances ou sera-t-on, une fois de plus, livrés à nous-mêmes ? 


31/05
De : DB
Sujet : Elargissement des terrasses
J’accueille le projet d’élargissement des terrasses avec des réserves. Les terrasses sont en temps ordinaire un vrai problème à Paris, pas seulement en raison des nuisances sonores, mais également parce qu’elles grignotent l’espace public : elles imposent trop souvent aux piétons de descendre sur la chaussée et créent de réelles difficultés pour les personnes à mobilité réduite.
Bref, de premières terrasses se sont déjà installées en prévision du 2 juin, ne laissant que la portion congrue aux piétons. Seront-elles occupées uniquement de 19h à 22h et uniquement en bordure de chaussées fermées à la circulation ? Ou pas ? Ou est-ce que ce sera l’anarchie, comme d’habitude ?


31/05
De : CP
Sujet: Rue du Faubourg Saint Denis / piétonnisation de la rue et nuisances sonores
Je ne connaissais pas votre association, mais après une recherche sur internet, je me suis dit qu’elle correspondait bien à ma problématique de riverain… pour info, et éventuels conseils, je viens d’envoyer le message suivant à la maire du Xème (Alexandra Cordebard) et à Frédéric Hocquard.

Madame la Maire, Monsieur,
J’habite depuis 10 ans la rue du Faubourg Saint Denis, que j’ai vu se dégrader avec la transformation progressive de beaucoup de commerces de proximité (l’ancienne quincaillerie du 76 de la rue, l’ancienne épicerie turque du 74, l’agence de voyage à l’angle de la rue du Château d’Eau… pour ne citer que quelques exemples) par des bars et des restaurants, entraînant beaucoup de nuisances sonores, et le retour des deals de drogue qui avaient quasiment disparus depuis 30 ans.
Je viens d’apprendre que notre rue faisait partie de la liste des rues qui allaient devenir piétonnes pour permettre aux bars et aux restaurants d’occuper plus d’espace, en contrepartie d’une “charte de bonne conduite” – “bonne conduite” qu’ils n’ont jamais respectée : les dépassements de surfaces de terrasses, les terrasses sur-occupées, les clients debout un verre à la main et vociférants… ayant été la norme au quotidien ces dernières années.
Je comprends tout à fait l’objectif de relance du commerce, mais j’en appelle à votre vigilance (et actions quotidiennes des services de police et de la voirie) pour faire respecter cette charte de bonne conduite : les riverains confinés et restés à Paris (dont je fais partie) ont aussi subi de plein fouet l’impact économique du confinement, et on ne peut décemment pas ajouter à cet impact celui d’un déconfinement sauvage et non-encadré, sur l’autel de la relance de commerces (bars et restaurants de la rue) qui n’ont jamais respecté la moindre règle, au profit de leur business.
Vous remerciant par avance.


29/05 (1er arr.)
De : ES
Sujet : Place du marché saint honoré
Je represente une quinzaine de riverains genés par les nuisances occasionnées par le nombre incalculable de restaurants situés sur la place du marché saint honoré. Nous avons déjà engagé des actions concluantes pour faire stopper la diffusion de musique mais nous angoissons à l’idée que la surface des terrasses soit démultipliée comme le souhaite Anna Hidalgo. 
Pourriez-vous nous transmettre des adresses mail utiles pour que nous puissions envoyer une pétition par mail? Prefecture de police, service de l’urbanisme et que sais-je encore?
Je me suis procurée l’adresse mail du service de la mairie de Paris gérant cette question d’élargissement des terrasses post covid: du-basu-rdv@paris.fr


29/05
DE : M
Sujet : Candelaria, Rue de Saintonge
Depuis la fin du confinement le bar ‘Candelaria’ sur Rue de Saintonge est ouvert tous les jours pour les cocktails ‘à emporter’. Ça veut dire que la rue entière (17th siècle, très étroite, résidentielle- pas d’autre bar dans la rue) devient un bar en plein air avec les clients partout, debout et même assis sur le trottoir. Le bar est censé à fermer à 22h mais souvent il est ouvert plus tard. Les clients deviennent extrêmement bourrés et font énormément de bruit jusqu’à 1h ou 2h le matin. Les résidents de la rue quitte, au fur et à mesure, et les apartments deviennent des Air BnBs. C’est terrible que la ville permette que ça arrive. Je serais très reconnaissant si vous pouvez nous aider.


14/05 (18ème arr.)
De : JF
Sujet : Pouvez-vous m’inscrire dans votre mailing liste ? Et me tenir au courant de vos actions ?
J’ai eu vent de cet folie de projet : de « bars et restaurants dans la rue à Paris »…
Habitant non loin de la rue des Abbesses, juste au dessus d’un bar extrêmement bruyant déjà,  je suis très concerné
Pouvez-vous m’inscrire dans votre malin liste ? Et me tenir au courant de vos actions ? 

Un responsable associatif menacé par des exploitants de bars

(mise à jour du 30 juin 2020)
Nous avons pris connaissance d’une publication internet dénonçant des agressions verbales et des menaces diffuses à l’encontre d’un responsable de l’association de riverains du quartier Jean-Pierre Timbaud. 
Alors même que les faits rapportés ne sont pas du ressort de l’une des associations membres de l’Association Réseau Vivre Paris !, l’association Réseau Vivre Paris tient, Monsieur le Préfet de police, à vous alerter sur le fait qu’ils rejoignent les constats que font nos membres et nous tenons à faire part de notre inquiétude. 
La situation est très tendue dans les quartiers où la présence des bars et restaurants s’affirme en dehors du respect des gestes barrières et donc dans le mépris des engagements comportés par le formulaire déclaratif de la Ville, dont il est d’ailleurs loin de certain qu’il ait été formalisé pour toutes les installations que l’on constate. 
De toute évidence, dans les quartiers connus depuis longtemps pour permettre aux bars et restaurants de s’émanciper de leurs obligations professionnelles envers leur voisinage, une confusion s’est installée entre l’échec de la procédure de référé-liberté entreprise par l’association Jean-Pierre Timbaud et l’idée que des pratiques d’exploitation anarchiques puissent être considérées comme régulières. 
Il est primordial pour l’avenir de ces quartiers – mais bien évidemment au-delà – que cette confusion cesse. 
Il faut qu’elle cesse avant que le tourisme reprenne ses droits et que l’affluence dans les établissements hors la loi ne s’accroisse. Paris jouit d’un panel d’offres touristiques suffisant pour que l’on mette clairement un terme aux pratiques de l’économie de la soif qui, en réalité, à moyen et long terme, couteraient bien plus qu’elles ne rapporteraient. 

L’association Réseau Vivre Paris est à la disposition de la Préfecture de police pour contribuer et souhaite qu’un référent contact soit désigné pour opérer des signalements des situations et ainsi aider à restituer l’ordre et la tranquillité public menacés par les dévoiements de l’économie “festive”. 


L’association Jean-Pierre Timbaud a engagé une procédure contre la Mairie de Paris. Comme l’indique Buffalo Bill (sûrement un pseudonyme!) le référé liberté a permis de faire préciser par le Tribunal Administratif que la Mairie de Paris avait l’obligation d’organiser le contrôle du respect par les exploitants des engagements figurant dans la charte. (voir le commentaire ci-dessous)

Questions posées à Mme la Maire de Paris

(mise à jour du 20 mai 2020)
Nous constatons que le journal Le Parisien, n’a même pas daigné répondre à notre association Réseau Vivre Paris !, qui lui avait demandé de pouvoir s’exprimer en réaction à l’article publié par ce journal pour présenter le projet de  la Maire de Paris d’offrir certaines rues de Paris aux bars et restaurants,. Le fait est là : les colonnes de ce journal sont unilatéralement offertes à Mme Hidalgo, qui poursuit ainsi sa campagne électorale. Aucune  contradiction n’est tolérée.  


Voici une liste de questions que nous a transmises l’association Marais-Louvre membre de l’association Réseau Vivre Paris ! et que nous posons bien volontiers à Madame Hidalgo, Maire de Paris et à M. Lallement, Préfet de police de Paris :

  • Une fois ces rues transformées en terrasses géantes, des centaines de personnes seront dans la rue sans masque, puisqu’il sera difficile de boire un verre ou de manger sans cette protection. 
    Quid du risque sanitaire pour les clients, les personnels, et les habitants ou usagers des rues concernées ? 
  • Dans ces rues-terrasses, quid de la circulation des personnels d’urgence : pompiers, ambulance, etc. ? 
  • Quid des risques de désordre à l’ordre public ?
  • Qu’en pense la Préfecture de police de Paris ? 

Mme Hidalgo a-t-elle réalisé qu’en fait, elle propose ainsi aux résidents qui sortent de confinement après une journée de travail, d’être non seulement confinés à nouveau (du fait de ne pas pouvoir ouvrir les fenêtres tout l’été), mais surtout ne pas pouvoir dormir ?


Mme Hidalgo aurait-elle omis que son projet n’est rien d’autre que simple copié-collé du modèle réalisé dans d’autres capitales européennes notamment (notamment Barcelone, Lisbonne etc…), avec les conséquences terribles qui ont été médiatisées depuis quelques années ? Ce modèle n’est-il donc pas déjà obsolète ? Un projet qui ne peut être toléré dans une politique de développement durable ? Car, Paris, ce sont des bars éparpillés à l’abri des arbres et une ville où il fait bon vivre si l’on prend garde de composer avec sa densité d’habitants. Composer avec les Parisiens et le développement économique de Paris : voilà un projet attendu par tant de Parisiens et qui pourrait les ramener vers les urnes lors des élections municipales.


Insistons : alors que la situation mérite de se poser et de réfléchir à un autre modèle qui prenne soin des aspirations de chacun, de la santé des résidents (jeunes comme plus âgés), de mettre fin à un modèle consumériste pour un autre plus qualitatif, Mme Hidalgo appuie sur l’accélérateur qui nous mène dans un mur. Il ne s’agit pas de supprimer les bars et les restaurants mais au contraire de mettre enfin en place une régulation digne de ce nom.  Même Guy Drut devant l’épidémie a marqué une pause pour les JO. 


Mme la Maire, votre acharnement à vouloir offrir les trottoirs et même les chaussées aux bars et restaurants correspond-il à celui d’une personnalité politiquement « responsable » ? 


Ce tweet du 28 avril permet de douter de l’attitude “responsable” de Mme la Maire de Paris. Elle déclare faire le même rêve qu’un certain François Gemenne : celui d’un “Paris comme un gigantesque bistro à ciel ouvert“. Son rêve serait un véritable cauchemar pour les milliers de Parisiens vivant (et tentant de dormir) dans les rues qu’il a pour projet de transformer en terrasses.

Vente de boissons alcoolisées à emporter par les bars – Alerte contamination Covid-19 les solutions

La vente à emporter de boissons alcoolisées se définit par une vente dans des verres jetables. Elle doit être distinguée d’un cas proche, mais juridiquement à séparer : celui de la vente de boissons dans des verres en verre destinées à être consommées debout par le client (non pas donc assis en terrasse, ce qui est encore un autre cas).


L’apparition ou la réapparition de ces modalités de vente et de consommation dans différents quartiers parisiens a précédé le déconfinement et augure de bien des difficultés à obtenir une reprise responsable et respectueuse de l’intérêt général de la vie « festive » et nocturne parisienne.


L’annonce faite par Mme HIDALGO d’offrir aux bars et aux restaurants l’usage de la voie publique comme vaste terrasse n’arrange rien, comme l’association Réseau Vivre Paris le dénonce.


Les commerçants se manifestent ici ou là pour prétendre qu’ils recourent à la vente à emporter pour sauvegarder leur commerce, y compris ceux qui ont de toute évidence fait auparavant fortune par cette modalité d’activité qui leur permet de décupler leurs ventes sans dépenser grand-chose (pas de droit de terrasse ni de salle, contraintes de services et donc de personnel allégées).


Pour le voisinage, dans les quartiers où la pratique sévit depuis des années de façon croissante, c’est une autre paire de manche : ils subissent de plein fouet les nuisances (bruit, déjections, encombrement des trottoirs) causées et décuplées par les attroupements d’une clientèle alcoolisée qui se répand partout dans le quartier, parfois très très jeune (on envoie les copains plus âgés acheter), sur-ajout de groupes qui viennent avec des boissons achetées ailleurs.


Avec la crise sanitaire COVID 19, on atteint une dimension nouvelle des risques de la vente à emporter destinée à être consommée sur la voie publique : celui de favoriser des foyers de contamination par absence de moyens de contrôler les comportements des consommateurs, surtout s’ils sont alcoolisés. Sur ce simple motif, l’association Réseau Vivre Paris en appelle au Préfet de police de Paris pour qu’il interdise la vente à emporter qui, pour l’instant est tolérée dans des proportions inquiétantes.


Quid des obligations des établissements et de la clientèle pendant et surtout après le confinement?


  1. – La vente de boissons destinées à être consommées par les clients debout dans des verres en verre est interdite, c’est ce que nous a toujours affirmé la Préfecture de police, même si, en pratique, elle ne mobilise pas ses agents pour verbaliser.
    Ce sont ici les établissements qui sont en infraction.


  2. La vente à emporter de boissons alcoolisées dans des verres jetables est un cas plus complexe.
  • Du point de vue des consommateurs,
    – pendant la période de confinement
    , l’illicéité était évidente.
    Consommer sur la voie publique des boissons alcoolisées constitue infraction puisque le consommateur n’est pas dans l’un des cas de sortie autorisée par la réglementation de crise. Les établissements sont les complices de cette infraction.

après le confinement, il n’y aura plus d’illicéité de principe dans les zones à partir du 11 mai, sous réserve :
– de ne pas consommer dans une zone régie par un arrêté d’interdiction (cf. ci-après à propos de la vente par les commerces)
– de respecter les gestes et postures barrières si leur respect est pénalement imposé par voie d’ordonnance ou par des arrêtés locaux.


  • Du point de vue des bars (ou restaurants),
    Leur déconfiment est retardé.
    En l’état la question de savoir s’ils peuvent-ils pratiquer la vente à emporter alors qu’ils doivent être fermés à l’accueil du public dans les murs ou limités à un service en terrasse n’a pas été tranchée par les autorités publiques, dont on constate les inégales tolérances dans les cas où la vente à emporter est pratiquée.
    Les commerçants soutiennent que les textes COVID 19 ne leur imposent pas une fermeture totale et que, donc, ils peuvent vendre à emporter.
    Il faut bien admettre qu’à défaut de texte spécifique qui ferait de toute forme d’activité une infraction, il n’est pas exclu qu’ils puissent vendre à emporter, mais pas sans conditions.


La vente de préparations culinaires ne semble pas faire difficulté : elle semble rester permise, sous réserve du respect des normes d’hygiènes de présentation des mets, de leur emballage, de leur présentation.


Concernant la vente de boissons alcoolisées ?


Quel est le cadre légal général tracé par le droit français ?
1/ En principe, la vente de boissons alcoolisées dans des verres jetables (ou canettes) est permise. À noter que des contraintes existent quant aux modalités de cette vente s’imposent sous peine de sanctions pénales du vendeur (V. encadré ci-dessous pour Paris).
2/ L’interdiction apparait si un arrêté préfectoral le prévoit pour un secteur géographique et des horaires déterminés.


Dans la période qui commence de déconfinement progressif dont l’objectif est de modérer la deuxième vague de la pandémie, quelles conséquences sont-elles à attendre de l’application de ces principes ?
1/ Dans les zones soumises à un arrêté d’interdiction, la vente à emporter d’alcool est impossible aux horaires prévus.
2/ En dehors des zones soumises à un arrêté, le principe de licéité ne peut être appliqué sans restrictions (qui s’ajoutent à celles mentionnées en encadré) :
En effet, eu égard aux risques indéniables de la consommation sur la voie publique d’alcool vendu à emporter, l’établissement vendeur pourrait être exposé au grief de mise en danger d’autrui s’il apparaissait que sa clientèle consomme sans respect des gestes barrière à la reprise de la pandémie.
En pratique, cette mise en cause se heurtera sans doute à certains obstacles de preuve. C’est pourquoi il est de la responsabilité des pouvoirs publics de se saisir de la question et de créer une règle d’interdiction (temporaire pour l’instant), qui pourrait venir par deux voies :
En fonction des risques particuliers créés par la consommation d’alcool vendu à emporter (risques qui s’ajoutent aux problèmes posés de toutes façons en dehors de ce contexte), il apparaît nécessaire que des règles spéciales d’interdiction soient en urgence établies.
L’interdiction pourrait être générale à toute la France par voie d’ordonnance spécifique COVID 19 du gouvernement.
Le gouvernement pourrait aussi étendre les pouvoirs des Préfets s’agissant de l’établissement des arrêtés locaux, afin de protéger ces derniers des recours en annulation.
A défaut de dispositions à l’échelle nationale (nous n’en avons pas trouvé), et sur le seul fondement du droit actuel éventuellement, les préfets de police, avec encouragement des Maires, il faut l’espérer, pourraient prendre des arrêtés d’une durée liée à celle des risques sanitaires pour assurer la protection des citoyens contre le risque de rassemblements propres à la vente à emporter d’alcool dans des verres jetables destinés à être consommés sur la voie publique.
La volonté politique est donc à l’épreuve. Un cas survenu dans une Région de France en période de confinement est à méditer : celui de la reculade d’un arrêté préfectoral d’interdiction qui voulait recouvrir la période de confinement, sur préconisation d’addictologues en référant aux risques de l’alcoolisation non assouvie. Aussi douloureuse soit la question de l’alcoolisme et exacerbés les risques de ses victimes, penser que les autorités publiques aient pu ou pourraient être amenées renoncer à contraindre les bars et restaurants à fournir de l’alcool à consommer sur la voie publique alors que le pays est en crise sanitaire COVID 19 est pour le moins dérangeant.
La crise sanitaire que nous traversons rappelle ainsi qu’il est vraiment plus que temps de rompre avec l’ambiguïté des politiques publiques relatives à la montée en puissance des pratiques addictives, avec donc la puissance des lobbies des alcooliers et brasseurs.
Tentons d’être optimistes et donnons crédit à la promesse faite par le Président de la République de tirer toutes les leçons de ce qui se produit.

Complément d’information sur les modalités de la vente d’alcool à emporter :
Obligation d’individualiser les contenants et de ramasser ceux qui sont abandonnés : les contenants utilisés par les bars du quartier sont non-conformes aux conditions réglementaires car non estampillés au nom du bar et ils ne sont pas ramassés par le vendeur lorsqu’ils sont abandonnés sur la voie publique (cf. article R 632-1du code pénal conjugué aux articles 2512-16 CGCT et à l’arrêté préfectoral du 10 janvier 1983, art. 1 et 2)
Horaire limité à 00H30 : la vente après 00H00 est interdite par l’article 1er alinéa 2 de l’arrêté n° 2010-00396 du 10 juin 2010, BMO n° 48 du 18 juin 2010

Non au projet d’Anne Hidalgo d’offrir les rues de Paris aux bars et restaurants

Mise à jour du 10 mai
Séoul ferme ses établissements nocturnes de peur d’une nouvelle vague du virus.
Les autorités locales à Séoul ont décrété la fermeture de tous les établissements nocturnes de la capitale sud-coréenne de peur que le nouveau foyer d’infection constaté dans son quartier branché ne génère une résurgence de l’épidémie de coronavirus, jusqu’alors jugulée.
Plus d’une vingtaine de nouveaux cas de contamination ont été rattachés à un homme de 29 ans testé positif après avoir fréquenté cinq clubs et bars le week-end précédent dans le quartier festif d’Itaewon.
Mme Hidalgo et M. Hocquard, lisez cet article sur le site de France Info.

Après avoir été décrite par ses propres équipes comme une véritable  « cheffe de guerre » pendant le confinement, Anne Hidalgo entreprend, à propos du déconfinement versus activités commerciales, d’offrir l’espace public comme lieu d’exploitation commerciale aux seuls bars dans une amnésie des limites que lui imposent ses fonctions et la période. 


A l’aune des théories néolibérales, l’équipe municipale initie ses annonces d’une façon surprenante : non pas en livrant aux citoyens les grandes lignes d’un plan qui embrasserait globalement la défense des intérêts du secteur économique, mais en focalisant directement sur la reprise des activités de tourisme dont les dernières mandatures ont exacerbé la dépendance financière de la Capitale de la France.


Au cœur du dispositif annoncé par la voie des médias, le Paris « festif », le Paris noctambule, les restaurants et… les bars et autres établissements où l’on peut consommer de l’alcool avec ou sans modération si l’on en réfère aux usages de l’avant-confinement.


Et pour redynamiser cette branche de l’économie touristique, le projet de piétonniser des rues entières et d’ainsi dédier l’espace public aux établissements qui disposeraient, sans paiement de droits d’occupation, d’une vaste terrasse afin prétendument de permettre de respecter les mesures barrières indispensables pour modérer la deuxième vague de propagation attendue du Covid-19 après le déconfinement.


L’association Réseau Vivre Paris ! a tous les arguments pour affirmer que ce projet de Mme Hidalgo est inacceptable :


  1. Englobant sans distinction aucune tous les bars et tous les restaurants des zones considérées, il fait l’amalgame entre d’une part des établissements connus pour être respectueux du cadre réglementaire de leurs activités et d’autre part des établissements manifestement « voyous » bien connus précisément dans les quartiers « festifs » : ceux  qui travaillent fiscalement « au gris », qui entravent la circulation piétonne, qui ont des installations sanitaires hors normes, qui ne tiennent pas compte du degré d’acoolisation de leurs clients, qui se moquent de troubler le repos légitime de leurs voisins et leur enjoignent de déménager plutôt de se plaindre des nuisances. 

  2. Limité aux bars et restaurants, ce projet rompt avec le principe d’égalité de traitement des commerces. Pourquoi en effet, les restaurants et les bars auraient-ils le monopole d’une concession prétendue exceptionnelle d’usage de la voie publique ? Pourquoi pas les commerces de vente qui pourraient, s’ils n’étaient pas réduits à réguler l’accès des clients dans leurs murs pourraient améliorer leur chiffre d’affaire ?

  3. Présenté comme un dispositif à caractère temporaire,  ce projet n’est rien moins qu’un stratagème destiné à faire passer en force – et pour inscrire définitivement – des orientations de la politique municipale contestées notamment par les associations de riverains que rassemble l’association Réseau Vivre Paris ! 

    1. Le projet présenté par Mme Hidalgo correspond à une vision déjà profondément ancrée dans les intentions de l’équipe municipale :

      1. Le développement d’un Paris ultra « festif » qui se montre comme tel  via une voie publique commercialisée et commercialisante qui en devient le désolant emblème. Plus d’économie touristique, non par le fait de plus de culture, mais par davantage de mètres carrés de restaurants-bars accaparant sur l’espace public et plus de temps d’activité commerciale puisque la nuit est l’une des nouvelles niches du capitalisme ultra libéral qui meut bien des sphères politiciennes.

      2. Ce qui s’articule avec le projet de piétonisation défendu officiellement par référence à la protection de la qualité de l’air et des nuisances liées aux bruits de circulation routière. 
        Donc, il faut s’attendre à ce que les rues dédiées aux bars et restaurants dans l’après-confinement le restent pour longtemps.

    2. Or, cette perspective est inacceptable :

      1.  L’exploitation anarchique de l’espace public sera rapidement  en totale contradiction avec les consignes de sécurité  requises dans cette période de pandémie, dans la mesure où les conditions d’activité des autorités pouvant contrôler les pratiques ne seront, elles, incontestablement pas améliorées en temps réel : ni pour les effectifs de la préfecture de police, ni pour la DPSP (dont les prérogatives de verbalisation sont au demeurant fort limitées), ni pour la direction de l’urbanisme de la Ville et autres agents municipaux. Pas d’amélioration non plus pour le traitement des procès-verbaux qui pourraient être établis : Ministère public asphyxié (d’autant plus que la réglementation sanitaire Covid-19 créera un pic de verbalisations par ailleurs), tribunaux débordés. Il n’y aura pas non plus de miracle concernant la rapidité  et le nombre des procédures de fermetures administratives relevant de la compétence de la Préfecture de police de Paris, si tant est que la perspective de telles mesures puisse être osée en ces temps de crise économique doublée d’une crise plus ancienne des priorités entre les intérêts sanitaires ou sociaux et les intérêts économiques.

      2. Avant le confinement déjà bien des quartiers étaient livrés à la loi des bars et restaurants, comme dans une zone de non-droit. Avec pour conséquence que les habitants voisins de ces quartiers souffrent depuis longtemps de nuisances et sont exposés à des risques concernant leur santé par le fait de cet environnement :
        1. Par le bruit qui envahit les domiciles, même avec des fenêtres à double-vitrage fermées, ce dont les mesurages réalisés par les capteurs sonores Bruitparif (dits « méduses ») témoignent clairement dans les quelques sites où elles ont été installées ;

        2. Par les déjections de toutes sortes qui jonchent les rues (penser à l’excrétion du Covid-19 dans les urines) ;

        3. Par les entraves à la circulation piétonne et les dangers pour la sécurité physique qu’elles représentent à des degrés divers pour les personnes valides ou à mobilité réduite, ainsi que le stress qu’elles provoquent.

Madame le Maire de Paris semble donc offrir au lobby du Paris festif un droit à polluer l’espace public sans aucune contrepartie environnementale ni consensus avec les attentes des riverains des zones touristiques de la capitale. Projet d’autant plus clairement inadapté dans  une des villes les plus denses au monde où les infractions et incivilités quotidiennes ont été régulièrement dénoncées. Devons-nous rappeler les restrictions complémentaires que Madame Hidalgo a mises en place pour des raisons environnementales durant le confinement ? Rappeler sa politique pour la protection de la qualité de l’air ? A qui profite le Paris festif répandu sur la voie publique ? Devrions-nous aussi rappeler qu’il existe aux côtés de la crise sanitaire, un risque d’attentats terroristes qui menace d’autant plus que l’on répand la fête dans la rue ?


Nous espérons que les Parisiens s’opposeront à l’exploitation en toute improvisation de leur espace public par des activités mercantiles, sans aucune contrepartie ni garanties de contrôles et de  traitement des infractions adéquats.  


Dans la période électorale actuelle, nous  espérons que la Préfecture de police et, par ailleurs, les maires d’arrondissements sauront montrer leur capacité à envisager concrètement le monde avec sagesse, objectivité et perspicacité. Nous espérons qu’ils se rangeront du côté des stratégies propres à privilégier le développement pérenne de l’économie parisienne. Ce y compris pour le secteur de la restauration et des bars qui doit être aidé, mais qui en contrepartie doit s’engager à respecter les intérêts divers qui composent la vie en société, dont des intérêts sociaux et humains qui sont pour la plupart consacrés comme droits de l’Homme et, pour ce qui concerne la protection des habitants face à une activité économique nuisible sur la voie publique, relèvent de l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’Homme.

Le Cabaret Sauvage ou la prime à l’impunité

Depuis 2012, l’Association des Riverains du Parc de la Villette a entrepris de nombreuses actions contre le Cabaret Sauvage, responsable depuis 2004 d’intolérables nuisances sonores. La Préfecture de Police a effectué plusieurs relevés acoustiques à charge sans qu’aucun procès-verbal ne soit dressé. Pourtant, les inspecteurs du Bureau d’Action Contre les Nuisances* ont rédigé 4 rapports détaillant les irrégularités de l’installation acoustique de cet établissement.

                        – le 20/04/2016,” La Préfecture demande au responsable, Monsieur AzaÏche, de se conformer dans un délai d’un mois aux dispositions des articles R571-25 à R571-30 du Code de l’environnement et de se conformer à l’article R571-29, à savoir réaliser une étude de l’impact des nuisances sonores dans l’environnement immédiat”.

                        – le11/10/2016 : “Rappel au responsable du Cabaret de la nécessité de respecter dans un nouveau délai de 5 jours les dispositions des articles R571-25 à R571-30. A défaut, un PV d’infraction à cette réglementation pourra être dressé à son encontre.

                        – le 12/06/2017, “le Cabaret Sauvage informe les Inspecteurs qu’une étude d’impact acoustique était prévue par le cabinet ALTIA. Cette étude devra être communiquée dans les 2 mois aux services de la Préfecture“.

                        – le 15/04/2018 : “conformément à l’article 571-29 du code de l’environnement, le mis en cause est tenu de réaliser l’étude de l’impact des nuisances sonores sur l’environnement immédiat de son établissement“.

Actuellement, la Préfecture n’a toujours pas sanctionné ce refus de se soumettre à cette obligation légale.

Elle ne semble pas davantage se préoccuper des graves atteintes à la santé des riverains qui, pourtant, ont envoyé de multiples plaintes (212 en 6 ans pour l’un d’entre eux) puisqu’elle se borne à la réponse standard : “Vos signalements ont bien été pris en compte. Vous serez tenus informés de la suite qui sera réservée à ce dossier“.

Nous avons donc adressé un courrier (en recommandé avec accusé de réception) à Mme Camilieri au Cabinet du Préfet de Police pour lui demander de bien vouloir diligenter une enquête afin de déterminer les raisons de la surprenante mansuétude dont bénéficie Monsieur Azaïche.

A ce jour, aucune réponse.

Par ailleurs, nous avons appris avec indignation par la Presse qu’une subvention avait été attribuée au Cabaret sauvage par la Mairie de Paris et le Conseil Régional d’Ile de France pour “mise en conformité de son installation sonore“.

Est-il concevable que les impôts des riverains-victimes soient utilisés à la rénovation d’un établissement PRIVEresponsable d’un scandale de santé public? C’est la question que nous avons posée à Madame Hidalgo et à Madame Pécresse.

Dans sa réponse, la Maire de Paris assure “qu’en finançant notamment les travaux d’insonorisation et de mise aux normes des lieux de diffusion des musiques actuelles, ici le Cabaret Sauvage, la Ville prend en compte le respect et la tranquillité de tous les habitants“.

Ainsi formulée, cette décision d’une habileté tortueuse ne peut faire que des émules : j’ouvre un lieu musical avec l’alibi culturel sans me soucier de l’environnement immédiat, je crée des nuisances, les riverains se plaignent, j’obtiens des subventions!!! 

Nous attendons toujours la réponse de Madame Pécresse…

 Association des Riverains du Parc de La Villette (membre du Réseau Vivre Paris!)

 Madame Bérenger, présidente.

* service qui dépendait de la Préfecture de Police mais dépend désormais de la Mairie de Paris

« Older posts

© 2020

Theme by Anders NorenUp ↑