Nouvelles restrictions à Paris pour la consommation d’alcool à emporter : discrimination entre les quartiers !

Situation le 27 février à la Butte aux Cailles (Paris XIIIè)

L’association les Riverains de la Butte aux Cailles a publié cet article

La Préfecture de police a publié des mesures complémentaires à la  fermeture des centres commerciaux non alimentaires de plus de 10 000 m² pour « limiter la circulation épidémique à Paris ».  L’arrêté interdisant la consommation d’alcool dans l’espace public entre 11 heures et 18 heures a été élargi, ce qui ne peut que rassurer les habitants des quartiers dans lesquels la rue se transforme en terrasse publique régulièrement.

Mais l’élargissement est limité à un certain nombre de quartiers expressément cités.

Ceci constitue en soi-même un traitement discriminatoire pour tous les quartiers non cités dans la liste où la consommation à emporter est un fait habituel notoire.

Pire : la situation de ces quartiers risque de s’aggraver, car ils seront un « refuge » pour les consommateurs. 

La décision du Préfet de police est, par ailleurs, tout particulièrement indéfendable dans les cas où il ne pouvait ignorer le risque auquel il n’est pas remédié. Comme par exemple pour la Butte aux Cailles (XIIIarrondissement), l’association des riverains ayant signalé les excès en produisant des photographies édifiantes et explicitement réclamé à la Préfecture de police (et à la municipalité) l’interdiction. Comment se fait-il que le quartier soit « soigné » de la sorte ? De la part de la Préfecture de police, mais aussi de la Ville qui prévoit, sans tenir aucun compte des avis des habitants, de lui infliger une expérimentation de livraisons la nuit (32 bars et restaurants à livrer sur 2 petites rues) et peut-être aussi les poubelles.


Berges de la Seine, sur la rive droite et la rive gauche, entre le pont des Arts et le pont de Sully, berges de l’île de la Cité, et berges de l’île Saint-Louis, la place Joachim du Bellay ; la fontaine des Innocents, place du Bourg-Tibourg, place du marché Sainte-Catherine, rue des Hospitalières-Saint-Gervais et la rue des Petits Carreaux (Paris centre), Constrescarpe (Ve arrondissement) ; rue de Buci (VIe arrondissement) ; esplanade des Invalides (VIIe arrondissement) ; place Lino Ventura, avenue Trudaine (entre la place Lino Ventura et la rue Turgot), rue des Martyrs (entre la rue La Vieuville et la place Lino Ventura), place du Tertre, rue Marcadet (IX et XVIIIe arrondissement) ; Canal Saint-Martin (quais de Jemmapes et de Valmy), rue du Faubourg-Saint-Denis, cour des Petites-Ecuries (Xe arrondissement) ; les rues du Général Renault et du Général Blaise (XIe arrondissement) et la place Flora Tristan (XIVe arrondissement)

13 Comments

  1. Anne

    A mon avis, certains ont tout simplement plus de relations que d’autres…

  2. Béa

    Suite du feuilleton Butte aux Cailles : 13 mars, giboulées de rigueur et tout le monde était entassé sous les toits des terrasses éphémères qui s’incrustent en contradiction avec la charte municipale.

  3. Jean-François Leguil

    Rue Vieille-du-Temple le Saint-Gervais vend à l’emporter des pintes de bière en plastique que les consommateurs dégustent sur le trottoir de la rue des Coutures Saint-Gervais à l’entrée du personnel du Musée Picasso, et à l’intérieur même du jardin public Leonor-Fini pendant les après-midis du samedi et du dimanche. Vue surréaliste des buveurs installés au milieu des jeux d’enfants et urinant dans le square !
    La Perle, au 78 de la rue Vieille-du-Temple, ne respecte pas plus les dispositions de l’état d’urgence sanitaire.
    Mais ces deux établissements bénéficient d’une étrange mansuétude de la part du commissariat de police, de la mairie d’arrondissement, de la Mairie de Paris et de la Préfecture de Police depuis des années, en dépit des nombreux signalements dont ils ont fait l’objet.

  4. Marielle

    Pourquoi de telles discriminations? Pourquoi certains quartiers sont ils laissés au bruit ? Et bien sûr se rabattront sur ce quartier tous ceux qui ne peuvent plus boire ailleurs. Quelle est cette politique qui divise, punit les parisiens, ceux qui ne peuvent partir à la campagne quand il fait beau mais doivent subir le vacarme, les difficultés de faire circuler les poussettes, les personnes agées. Quelle hypocrisie sanitaire par ailleurs! Couvre feu à 18h mais agglutinement sans maque tout l’après midi. Ce pouvoir politique fait tout pour être illégitime

  5. Béa

    Butte aux Cailles le 6 mars : Beaucoup d’attroupements l’après-midi répartis en en dehors des devantures des 4 ou 5 bars qui servaient dans la rue de la Butte aux Cailles.
    Un peu avant 17H, la police est intervenue.
    Si brièvement qu’a priori, il n’y a pas eu d’amendes.
    17H30, les regroupements se sont reformés, plus étirés dans le sens de la longueur… Les bars ont continué à servir tout du long, hypocritement mis à l’abri par des barrières empêchant les clients de rester devant leur vitrine.
    On remet ça demain ?

  6. Bel

    De là à penser que les bars n’abreuvent pas que leurs clients….

  7. Fred

    Rue des Petits Carreaux ok mais quid de la rue Montorgueil ??! Où est la logique ??? La situation y est bien pire surtout autour de la Perla.

  8. Nelly

    On se demande bien pourquoi la consommation d’alcool sur la voie publique n’est pas interdite sur la totalité du territoire.
    Quid des rues rues Vieille du Temple, Ste Croix, des Archives etc… où les consommateurs s’attroupent quotidiennement et bien visiblement devant les cafés ?

  9. FB

    C’est une mesure qui n’a aucun sens et aucune portée. En outre elle est inapplicable.
    Aux États-Unis, dans les États “secs”, on boit dehors la bouteille d’alcool dans un sac en papier. La base légale permettant à un policier de vérifier le contenu de ce sac est manquante. Ne doutons pas que cet exemple puisse être suivi.
    En outre, il reste beaucoup d’endroits pour boire “légalement” dans le centre, ne serait-ce que la place de la République, la place de la Bastille (“rendues aux piétons” par la mairie), ou encore la place des Vosges. Et si dans le 6ème la rue de Buci est interdite, la rue de Seine, qui est perpendiculaire, reste “buvable”. De même Place du Panthéon dans le 5ème.
    Et pour les amis des îles, reste l’île aux Cygnes. Plus étroite et plus petite que l’île de la Cité ou l’île Saint Louis, mais avec une très belle vue sur la Tour Eiffel 🙂

  10. Paul

    Ça me fait bien rire. Ils n’iront plus sur les places mais dans la petite rue juste à côté. Mais un bon début.

  11. Watson

    On touche le fond, les habitants sont les grands oubliés, révoltons nous!

  12. Alex

    Tout en saluant les 1res interdictions d’alcool sur la voie publique, il faut que ces arrêtés soient vraiment généralisés à tout Paris. Par exemple dans le 6e, arrêté dans la rue de Buci, c’est bien mais… et les rues Guisarde, Princesse et autres?

  13. Perplexman

    Que se passe-t-il à Paris ?
    Pourquoi pas toutes les rues de Paris :
    – La consommation d’alcool sur la voie publique devient une priorité nationale de 1er rang (avant la lutte contre le covid) quand elle se produit dans certains quartiers ?
    – Des élus locaux se sont montrés fâchés à l’idée que certaines des rues de leur arrondissement seraient touchées ?
    – Il y a des exploitants à qui un traitement de faveur est accordé ?
    – Quoi d’autre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2021

Theme by Anders NorenUp ↑