29 000 signalements de terrasses en 2021

Le nombre de signalements de terrasses a explosé en 2021 : 29000 (+815% par rapport à 2019) . 90% des établissements ont été signalés au moins une fois. 3 arrondissements couvrent près de la moitié des signalements « Terrasses » : Paris Centre, Paris 10, Paris 18 et le top 10 des rues couvre 14% des signalements globaux. C’est ce que montre l’excellente analyse faite par Grégor Pardalis. Il a exploité les données fournies par l’application DansMaRue (DMR).

Voici ses conclusions concernant les terrasses :

  • La mise en place des terrasses estivales a généré une explosion des incivilités liées aux terrasses et de leur signalement. Leur nombre a été multiplié par 8 entre 2019 et 2021.
  • Les premiers chiffres de 2022 montrent que l’envahissement des trottoirs ou de l’espace sonore continue (il y a désormais plus de signalements DMR terrasse que de DMR voirie sur une année glissante).
  • En moyenne chaque adresse génère 3 signalements par an. Cet élément statistique pose la question du respect de la réglementation par une profession entière. DMR doit être utilisé comme un outil permettant une meilleure anticipation, les croissances atypiques doivent être vues comme des alertes sérieuses.
  • Chacune des 10 000 adresses de terrasse estivale génère par ailleurs des nuisances induites (stationnement gênant, cadavres de bouteille, urine, vélos/trottinettes abandonnés etc.).
  • En imaginant que 10 personnes sont gênées en moyenne par chaque terrasse, c’est l’équivalent de la population du 10ème arrondissement qui ne peut pas circuler sur les trottoirs ou dormir.

L’explosion des DMR Terrasses est lié aux conséquences de la nouvelle réglementation :

  • Si des actions de correction sont déjà visibles dans certains quartiers, il est nécessaire de les décliner au niveau des arrondissements entiers.
  • A court terme, verbalisation systématique des abus de dimension de terrasse ou du tapage à chaque signalement/infraction constatés.
  • Procédures de démontage systématique pour les installations illégales
  • La Police municipale doit prouver son autorité en faisant appliquer strictement le Règlement des Etalages et Terrasses.
  • A moyen terme il faut revoir le processus DMR pour mieux gérer les urgences, et traiter les signalements multiples par adresse.er les urgences, et traiter les signalements multiples par adresse.

Le Réseau Vivre Paris souscrit pleinement à cette analyse, à ses conclusions et à ses préconisations.

En complément à cette étude nous vous recommandons l’étude des nuisances sonores faite par nos amis de Droit au Sommeil à partir des données sonométriques fournies par les méduses mises en place et gérées par Bruitparif. Les conclusions sont sans appel : pour le mois d’octobre, tous les sites disposant de données sur la période 2019 à 2021 montrent une augmentation du niveau de bruit entre 2019 et 2021. Tous les sites documentés sur 3 ans sont nettement au-dessus des niveaux sonores recommandés par l’OMS.

1 Comment

  1. Bardou-Jacquet

    Ajouter l’entrarve au nettoyage des trottoirs et des caniveaux.
    Et, Les salissures supplémentaires, résidus, coulée de liquides, jets de mégots que les établissements nettoient peu ou pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2022

Theme by Anders NorenUp ↑