Mme la Maire, les Parisiens ne vous disent vraiment pas merci

Sur le site de Libération le 29 septembre, la Maire de Paris s’était montrée critique envers les mesures prises à l’époque par le gouvernement (le couvre-feu). Elle déclarait : “Je ne pense pas que les mesures concernant la fermeture des bars après 22h soit une mesure pertinente. D’abord elle est difficile à comprendre : en quoi va-t-elle vraiment limiter la diffusion du virus ?

Pourtant, le rôle de la fréquentation des bars et cafés dans le processus de contamination ne pouvait pas être méconnu. Le Monde avait, le 13 septembre, publié un article éloquent intitulé: “Covid-19 : selon une étude, la fréquentation des restaurants et bars est une situation à risque d’infection“, dans lequel on pouvait lire : “les cas positifs ont déclaré 3,9 fois plus souvent que les individus non infectés par le coronavirus être allé dans un bar ou un café.

Graphique illustrant les facteurs de risques de propagation du covid-19

Et pourtant… Mme Hidalgo,  rêvant d’un Paris transformé en terrasse de café géante dominant Paris (voir son tweet), a donné la priorité à l’activité des terrasses de bars (celles qui étaient déjà autorisées et de nouvelles présentées alors comme “éphémères”). Elle avait certes annoncé des contrôles. Mais elle ne les a pas organisés à proportion des besoins et s’il y en a eu, ils sont manifestement restés inopérants et insuffisants. Tout le monde a pu le constater : dans de très nombreux bars ou sur leurs terrasses qui, dans certains cas, ont occupé des rues entières, le masque n’était pas porté par le personnel, la promiscuité était de règle au moins en soirée, les gestes barrières étaient oubliés du fait de l’alcoolisation des consommateurs (il y a eu des exceptions, mais seulement des exceptions hélas). Bref, toutes les conditions étaient réunies pour favoriser la circulation du virus.

Quant à la Nuit Blanche, Mme Hidalgo a décidé de la maintenir alors même que les manifestations sur la voie publique étaient interdites. Des milliers de personnes se sont ainsi retrouvées dans les rues de Paris et (encore et toujours) dans les bars, favorisant la circulation du virus. La Maire de Paris s’est même autocongratulée sur Twitter.

Aujourd’hui, face au reconfinement, Mme Hidalgo persiste dans la critique de l’action du gouvernement : “Il aurait sans doute été possible de faire différemment, mieux structurer par exemple la stratégie de tests à la sortie du précédent confinement ou à la rentrée, fin août début septembre comme nous l’avions proposé, pour mieux anticiper et éviter cette deuxième vague ” (Le Parisien du 29 octobre). La faute du gouvernement, encore et toujours. Dans une stratégie de compétition électoraliste, la Maire de Paris est muette sur ses propres fautes dont on ne peut pas imaginer qu’elle ne les voie pas.  Il est clair que Mme Hidalgo n’est pas une adepte de l’autocritique. Ainsi elle aurait pu déclarer : “Il aurait sans doute été possible de faire différemment, ne pas autoriser les terrasses éphémères, fermer les bars dès 22h00, ne pas organiser la Nuit Blanche, pour mieux anticiper et éviter cette deuxième vague.” Qu’en pensent les élus parisiens de tous bords ?

26 Comments

  1. Yann Hamard

    Ras-le-bol de l’équipe municipale qui méprise les habitants et les commerçants qui suivent les règlements.
    Restaurateurs, gérants de bars et d’autres commerces , insurgez-vous contre vos délinquants qui pourrissent votre profession.
    Contrairement à ce qui est plus ou moins divulgué, les riverains sont pour la présence des bars et de tout autre commerce à condition que leur vie, leur santé soient respectées

  2. Alix Cannamela

    Merci pour cet article qui montre bien ainsi que les commentaires qui ont suivi que Madame Hidalgo n’agit pas en tant que véritable responsable vis-à-vis de ses administrés.
    Riverains et passants, même sans matériel de mesure sophistiqué ont pu s’apercevoir :
    – que la distanciation ne se faisait pas, dans la plupart des bars et restaurants et que dans les rues piétonnières, les piétons ne pouvaient même pas passer,
    – que les fermetures à 22h n’étaient pas respectées (ainsi que le reste de la charte,d’ailleurs), vu l’augmentation de la pollution sonore
    La Mairie qui a mis en place des structures et des règlements qu’elle ne pouvait ou ne voulait contrôler, les exploitants qui n’ont pas respecté la charte par eux signée, les clients trop nombreux qui, au nom de leur liberté de faire la fête, ont oublié les gestes-barrière sont en grande partie responsables de la propagation du virus et de ce nouveau confinement. Alors, quand Madame Hidalgo se permet d’accuser l’Etat comme seul responsable, je trouve cela assez époustouflant!
    Il faudrait que seuls les commerçants qui ont toujours respecté les règlements soient aidés mais, hélas, c’est de l’utopie, n’est-ce pas?

  3. Parisienne effarée

    Sur le site du JDD, Hidalgo persiste et signe en se payant la tête des Parisiens au passage.

    A la question : Que répondez-vous à ceux qui vous reprochent d’avoir prolongé l’ouverture des terrasses éphémères, arguant qu’elles ont pu être un facteur de propagation du virus?
    Elle répond avec aplomb : Les terrasses éphémères ont permis non seulement aux restaurateurs de rester à peu près à flot cet été et de retrouver quelques marges de manoeuvres, mais elles ont aussi égayé la ville. Elles perdureront donc gratuitement, sans redevance, jusqu’en juin 2021. Il y a toujours des détracteurs prompts à chercher des coupables. Je pense au contraire que les Parisiens, les Parisiennes, les jeunes ont fait preuve d’une grande responsabilité. Ils ont été exemplaires.

    Hidalgo devient trumpienne dans ses argumentaires. Les terrasses éphémères ont été un franc succès avec des jeunes exemplaires (puisqu’elle l’affirme, cela devient vrai). Tout ce que les Parisiens ont vu, les terrasses bondées bien au delà de 22h, avec des groupes de jeunes debout à touche touche, sans masque, passablement alcoolisés et ne respectant pas les gestes barrières et les règles de distanciation… : fake news.

  4. Jeanne Aimar

    Cela me rappelle les punitions collectives quand j’étais élève. Un ou deux élèves ne respectaient pas les règles et toute la classe était punie.
    De nombreux bars n’ont pas respecté les règles et tous les petits commerçants sont punis. La Mairie de Paris a permis aux bars de s’étendre gratuitement sur l’espace public, créant ainsi autant de foyers de contamination potentiels, pendant que les petits commerçants respectaient les règles de distanciation.
    Pourquoi la Mairie n’a-t-elle rien (ou si peu) fait pour faire respecter la charte que les bars avaient signé?
    Pourquoi la Mairie de Paris a-t-elle fait preuve de tant de mansuétude vis à vis des bars?
    Une fois le deuxième déconfinement terminé la Mairie de Paris va-t-elle à nouveau refaire les mêmes erreurs?

  5. Quartier Temple

    Ce qui interpelle c’est la raison pour laquelle, dès Delanoë, puis évidemment Hidalgo, les cafés sont tant choyés.
    Ils ne respectent jamais aucune règle et ne sont jamais sanctionnés réellement (des amendes qui ne sont pas 10 mn de service…, jamais de fermeture).
    Pour les votes ? Sûrement pas, ils habitent en banlieue et nombre de cafés ont les mêmes propriétaires, qui à l’évidence gagnent donc des fortunes.
    Pour la taxe professionnelle ? Est-ce que respecter les règles – votées par Paris – baisserait tant que ça les entrées ? Sûrement pas.
    Ne reste que cette prétention de vouloir “être cool” avec les jeunes (même syndrome avec la “culture”). Jeunes qui ne peuvent plus habiter Paris, plus manger, plus sortir, vu leur niveau de vie qui baisse vertigineusement.
    Alors elle roule sur des fantasmes que rien ne vient confirmer ?
    C’est la seule réponse que je vois.

  6. AGOBERT Francine

    Avant les élections municipales, on connaissait déjà Anne Hidalgo et sa gestion de PARIS. Où est la surprise ? Ce n’est que la continuité de ses projets d’avant……
    Alors pourquoi tous les Parisiens qui ont contribué à sa ré-élection se montrent-ils surpris voire indignés….
    Personnellement je n’ai pas aidé Anne Hidalgo à continuer d’être la Maire de Paris alors je peux manifester ma colère.

  7. Chateauserein

    Madame Hidalgo fait partie des gens qui “savent”, les pires. De ceux qui ont raison toujours, les plus têtus. De ceux qui ne se remettent jamais en question, les plus dangereux. De ceux qui se croient investis d’une Mission quelle qu’elle soit mais sans état d’âme. De ceux qui, sous couvert de leurs “Prochains”, roulent allègrement sur eux pour finalement ne rouler que pour eux-mêmes ou leurs fantasmes.

  8. Sabourdin-Perrin dominique

    Bravo à tous ceux qui dénoncent les comportements des gens aux terrasses de café. Ce qui se passait rue de Bretagne, coin Archives, Temple, Turenne et autour du Carreau du Temple est tout simplement une honte, promiscuité coude à coude, gens debout avec verre de bière à la main, personne ne portant de masque. La brocante de la rue de Bretagne a été maintenue malgré les risques sanitaires. Aucune inspection de police.

  9. daniel Sée

    Pensons aussi aux JO de 2024 à Paris.
    D’ici la beaucoup de choses peuvent se passer mais ce qui est certain -si les JO sont maintenus- c’est que des millions de personne viendront du monde entier.
    Avons nous vraiment envie qu’elles viennent?

  10. Magloire

    Si ces terrasses sont éphémères, pourquoi ne sont elles pas démontées lorsque les restaurants et les bars qui les ont installées sont fermés ?
    Les emplacements ainsi libérés faciliteraient grandement les stationnements.

    • Chateauserein

      Autre problème que ces “terrasses” faites de bric et de broc, vieilles palettes et autres assemblées à la va vite qui commencent déjà à se déléter allègrement. Dans un mois, voir plus ??? ‘

      • Réseau "Vivre Paris !"

        Quelques exemples de terrasses soi-disant éphémères pour confirmer vos propos…

        • Chateauserein

          Il y en a un stock! Déjà au bout de 4 jours certaines menacent ruine et menacent la sécurité !! Déchets sur la voie publique ?? ou propriétaires chargés d’en assurer la maintenance et la responsabilité ?? Mystère.

      • Reto

        Voici ce que dit la charte supposée signée par les cafetiers et restaurants qui occupent l’espace public:
        “Les terrasses doivent avoir un impact visuel le plus réduit possible. Elles peuvent ainsi être meublées de tables, chaises et de parasols, mais pas de dispositif fixe. Le mobilier doit être discret et homogène pour s’intégrer harmonieusement dans le paysage urbain.”
        Pourquoi la mairie ne profite pas du confinement pour nous débarrasser de tout ce fatras immonde qui occupe illégalement l’espace public?

        • Parisien en colère

          La Mairie de Paris a donné aux bars le droit d’utiliser gratuitement l’espace public et ils en profitent. Bon nombre d’entre eux n’ont jamais respecté la charte. La Mairie n’a rien fait pour qu’elle soit respectée. En ne démontant pas leurs terrasses, les bars seront prêts à contribuer à la troisième vague dès le deuxième confinement terminé, et ce avec la bénédiction de la Mairie de Paris.

  11. FZ

    On peut en effet la remercier pour ses intelligentes initiatives…

  12. Collectif Riverains Jean-Pierre Timbaud

    Dominique Costagliola est Membre de l’Académie des sciences, Vice-Doyenne Déléguée Recherche de la Faculté de Médecine (Sorbonne Université), Directrice adjointe de l’Institut Pierre Louis d’Épidémiologie et de Santé Publique (Sorbonne Université, INSERM). A propos de la solution du couvre-feu, Dominique Costagliola a récemment déclaré dans plusieurs grand médias (Le Monde, le Journal Du Dimanche) que “si c’est pour que les gens se retrouvent à 18:00 au lieu de 20:00, cela ne changera pas grand-chose”

    Dans les médias, ce propos mettant en cause les attroupements est bien isolé… Journalistes, experts, médecins y compris, politiques, tous glissent rapidement sur l’hypothèse que les comportements collectifs observés autours des bars et restaurants pourraient aggraver la pandémie : “On ne sait pas…Personne ne sait… Du reste, la plupart des exploitants sont très sérieux, leurs clients bien plus encore ; d’ailleurs, on ne voit pas le rapport entre, d’une part, des gens qui se gueulent et se postillonnent dessus pour se faire entendre tellement il y a de bruit, et, d’autre part, la propagation du virus ; quelle idée bizarre… etc.”…

    Or, le bon sens nous le fait supposer : alors que le mot d’ordre des autorités sanitaires est de contrôler à la fois le nombre des interactions sociales et la distance entre les personnes, l’absence de régulation des pratiques indisciplinées observées dans de nombreux bars et restaurants parisiens contribue certainement à la rapide expansion du virus

    A cet égard, nous avons tous constaté que les autorités (Mairie de Paris, Préfecture de police de Paris) fermaient les yeux sur les invraisemblables débordements qui ont suivi la mise en oeuvre, peu rigoureuse, du couvre-feu à Paris. Si la plupart des bars étaient effectivement fermés (à part certains tricheurs, non sanctionnés), les restaurants ont joué à faire-le-bar dès la première minute de l’instauration du couvre-feu. Ainsi, dès 18:00, comme Dominique Costagliola l’avait bien anticipé, les terrasses des restaurants-devenus-bars étaient pleines à craquer, sans aucun respect du supposé protocole sanitaire : pas de carnet de suivi, pas de distanciation sociale, pas d’aménagement des tables et des chaises, consommations autorisées debout et pas seulement assises, regroupement de bien plus de six personnes, etc.

    Si ces débordements génèrent une importante pollution sonore contre laquelle les associations parisiennes s’efforcent de lutter depuis dix ans, ils constituent de surcroît un très vraisemblable outil d’accélération de propagation du coronavirus : les comportements antisociaux observés dans nos quartiers ne sont bien sûr pas les seuls en cause dans l’accélération de la reprise de la pandémie, mais on peut penser qu’ils y participent activement.

    C’est en ce sens que l’épidémiologiste, chercheur à l’Institut Pasteur et membre du Conseil Scientifique, Arnaud Fontanet préconisait récemment dans le Journal du Dimanche (10 octobre) un sursaut citoyen : « N’attendons pas tout du gouvernement », explique-t-il, « assurant qu’il va falloir diminuer la fréquence et la taille des dîners entre copains comme le font nos voisins européens. »

    Et Arnaud Fontanet de rajouter, dans la même interview : « Les discours contradictoires tenus dans les médias nous ont fait perdre du temps. Il était sans doute plus rassurant de croire ceux qui prétendaient que le virus était devenu moins méchant ! En réalité, les meilleurs spécialistes des épidémies pensaient tous que la rentrée serait difficile. Au niveau mondial, il n’y a pas de controverse scientifique sur le fait que la crise sanitaire va durer. Mais certains médecins, dits “rassuristes”, arguent que les formes sévères ne concernent que les personnes âgées… On ne s’intéresse souvent qu’à l’âge des personnes qui décèdent du Covid. Et on refuse de voir que la moitié de celles hospitalisées en réanimation ont moins de 67 ans. Et puis, laisser le virus galoper, ce serait d’un cynisme absolu. Ça sous-entend : sacrifions les plus vulnérables, malades ou obèses, les plus âgés. Non seulement c’est inacceptable d’un point de vue éthique, mais la protection des plus vulnérables et la solidarité intergénérationnelle sont des valeurs fortes dans une société. Croire que le virus peut circuler sans frein parmi les plus jeunes est une construction intellectuelle irréaliste. Il est impossible d’empêcher les contacts entre générations, et les patients finiraient par encombrer les réanimations, alors que le personnel médical est épuisé. »

    Et lorsque le journaliste lui demande « Les mesures prises contre l’épidémie sont-elles assez fortes ? », Arnaud Fontanet répond sans hésiter « L’intensité de la reprise épidémique demande d’agir vite et fort. Les restrictions dans les bars, mais aussi dans les restaurants, c’est-à-dire ces lieux dans lesquels on enlève nos masques, sont nécessaires. »

    Madame Hidalgo en sait probablement davantage que les épidémiologistes Dominique Costagliola et Arnaud Fontanet…

  13. Hache

    Apparemment A.Hidalgo est intouchable et peut prendre toutes les mesures liberticides qu’elle le souhaite.
    Les piétons parisiens, entre autre, elle n’en a “rien à battre`’ suivant une expression qu’elle affectionne, les terrasses ne leur laissaient plus de place sur les trottoirs, les pistes cyclables installées souvent en dépit du bon sens, etc, etc.

  14. Un riverain des Halles

    Rien d’autre à ajouter, sinon que j’abonde dans le sens des messages précédents. Le quartier des Halles est devenu une foire. Envahi par les terrasses élargies, les serveurs sans masques, les clients bruyants, avinés, les prédicateurs hurlants ou les chanteurs avec amplis à toute heure, etc. Les projets de Mme Hidalgo sont avant tout Politiques. Le bien-être, la tranquillité et la santé des Parisiens, la lutte contre la Covid n’entrent apparemment pas dans ses préoccupations.

  15. Le Roy Evelyne

    Merci pour ces informations qui confirment que les fameuses terrasses éphémères sont un véritable nid à covid.
    Qu’on ne s’étonne pas qu’aujourd’hui elles soient fermées…
    Aucun respect des règles de distanciation de la part des gérants et de la clientèle des bars. Surtout ne pas les rouvrir d’ici une vraie maîtrise de ce virus, c’est une évidence même sans faire parti du conseil scientifique.

  16. An

    Pas mieux. Paris a un taux d’incidence très élevé et a largement participé à la diffusion du virus dans toute la France. Les bars et leur complice madame Hidalgo ont une responsabilité écrasante dans la situation épidémique dramatique que nous connaissons à Paris. Quand on connaît la collusion qui règne entre la mairie et les lobbies de bar, avec les petits arrangements, les lobbies des bar qui embauchent des proches des élus, en échange de quoi les élus leur accordent soutien et subventions (cf. https://opendata.paris.fr/explore/dataset/subventions-versees/), on est scandalisé. Et oui, on se demande s’il n’y a pas là des faits qui relèvent du pénal.

  17. Dammann Claude

    Je partage pleinement cette analyse qui démontre l’irresponsabilité totale de Madame Hidalgo et de toute sa clique environnante. Je me rappelle un article de presse où son ambition était que Paris devienne le plus grand
    bistrot du monde !
    Le ministère de l’intérieur aurait pu veiller au respect des règles pour éviter les débordements
    Elle ne se flatte pas de sa mise en accusation dans le drame de la rue de Trévise.
    Comment porter plainte pour ses agissements ?

  18. Courroucé, scandalisé

    On a beaucoup entendu parler de l’idée de faire appel au TA pour empêcher la Maire Hidalgo de continuer ses méfaits avec ses terrasses “éphémères définitives”… mais c’est DEVANT UN TOUT AUTRE TRIBUNAL qu’on devrait la faire comparaitre… pour ses décisions iniques, ses mensonges et ses contrevérités à répétitions entraînant non seulement une dégradation sanitaire Covid 19 (en particulier sur les 20/40 ans, clients des bars et restos parisiens) mais aussi une augmentation notoire de la pollution sonore de ses terrasses (BruitParif en témoigne) et des innombrables troubles de voisinage (largement signalés) dont TOUT Paris a eu à souffrir pendant 6 mois consécutifs. Si seulement c’était le passé, on pourrait tourner la page, mais non (!) tout laisse à penser qu’elle fait semblant de ne pas comprendre et ses nombreuses déclarations publiques en témoignent: elle va reconduire la farce sitôt levé le confinement en 2021. Monsieur le Ministre de la justice, Mesdames et Messieurs les Juges et Procureur(e)s que ne vous saisissez vous pas de ces scandales passé et futurs
    ON VOUS EN SUPPLIE: EMPECHEZ LA MAIRE DE PARIS DE NOUS NUIRE et DE FAVORISER LES INTERETS PARTICULIERS en lieu et Place de L’INTERET GENERAL
    PS Vous noterez que la charte qu’elle a fait signer aux bars et restaurants prévoient qu’ils sont seuls responsables ! Quelle lâcheté de surcroit ! Cela ne relève -t-il pas d’une négligence coupable quand ont sait se surcroît que les contrôles n’ont été que des simulacres !!

  19. Un Parisien effaré par le comportement irresponsable de "sa" Maire

    Plusieurs médecins ont saisi la Cour de Justice de la République, accusant l’ancienne et l’actuel ministres de la Santé et le Premier ministre de s’être abstenus d’agir, notamment sur la question des masques, en ayant connaissance des risques. Ces mêmes médecins ne pourraient-ils en faire de même à l’encontre de la Maire de Paris, qui en encourageant les bars à occuper l’espace public, a contribué à la diffusion du virus à Paris qui a un des pires taux d’incidence en France? Ou bien la Maire de Paris n’a-t-elle de comptes à rendre à personne?

  20. Association Les Riverains de la Butte aux Cailles

    La maire aurait aussi dû effectivement contrôler les exploitations des terrasses autorisées et, puisqu’elle les avait (à tort bien entendu) créées, les terrasses “éphémères”. Quand on privatise l’espace public, si on est un maire responsable, on veille à ce que cet usage privatif ne génère pas un risque sanitaire (surtout quand il y a crise) et ne trouble pas la tranquillité publique.
    Et cet argument de l’importance du contrôle de ce que l’on autorise, on le sait est partagé par une majorité de Parisiens, même ceux qui se dont réjouis du principe de terrasses éphémères notamment en vue de soutenir les commerçants. Personne ne voulait, que, en soutenant les commerçants, la maladie se propage. Parce que, cela, c’est citoyennement indéfendable. Il se trouve que, par ailleurs, cela pénalise bien plus fortement l’économie que ne l’aurait pénalisée l’octroi d’une aide aux bars et restaurants qui auraient été astreints à des conditions d’exercice plus rigoureuses que d’autres commerces si on avait pris les mesures sanitairement nécessaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2020

Theme by Anders NorenUp ↑