Hubert Védrine : le mode de vie festif et le tourisme de masse en question

Mis en avant

Le Figaro du 22 mars a publié une interview d’Hubert Védrine : «Le choc du coronavirus est en train de pulvériser des croyances très enracinées».
A l’aune de la pandémie qui frappe la planète il développe des arguments qui devraient tous nous faire réfléchir. Quand nous écrivons “tous” nous ne voulons pas dire seulement les membres du Réseau Vivre Paris!. Il y a longtemps que nous soulignons les ravages de la fête non régulée et l’hyper tourisme.
Nous souhaitons interpeller nos élus, Anne Hidalgo, maire de Paris, et Frédéric Hocquard, son adjoint chargé de la nuit... de la nuit des fêtards, des lobbies de la nuit, mais pas de la nuit de tous les Parisiens. Nous interpellons aussi l'ensemble des candidats aux élections municipales parisiennes.

Deux extraits de cette interview devraient leur permettent d'enlever leurs œillères à l'aube de cette prochaine mandature et de considérer le bien-être, la santé de leurs électeurs, bref l'intérêt commun plutôt que des intérêts catégoriels.
 
… n’est-ce pas tout un mode de vie insouciant, hédoniste, individualiste et festif, qui semble devenu le premier des droits de l’homme (bien avant, pour certains, la liberté de la presse) et qui est mis en cause? Ce mode de vie se traduit, pour tout ou partie de l’humanité, par une mobilité permanente sans limite ni entraves, type mouvement brownien. Ajouté aux voyages économiques incessants et au tourisme de masse (1,4 milliard de touristes en 2019), cela donne 4 milliards de passagers aériens en 2017, 8 milliards «espérés» en 2035 (avant la pandémie)! 
Oui à la fête... mais pas n'importe quelle fête. Une fête régulée, respectueuse de tous, qui se soucie des autres, de ceux qui veulent se reposer la nuit et vivre dans une ville apaisée. Le tout festif a vécu. Changeons de modèle pour une ville / vie durable.

... on prendra peut-être conscience des ravages du tourisme de masse (à ne pas confondre avec le voyage): Dubrovnik, Santorin, Angkor sont des victimes précoces, bientôt Venise. Et faut-il vraiment atteindre 100 millions de touristes en France?
La mairie de Paris s'est engagée depuis des années dans une course effrénée (et imaginaire?) avec les autres métropoles à celle qui attirera le plus de touristes, favorisant au passage la transformation de milliers d'appartements en locations saisonnières. Seul le nombre de touristes compte aux yeux de la mairie. En ce qui concerne le tourisme et comme pour la fête, changeons de modèle pour une ville / vie durable.

A lire cet article publié par Marais-Louvre : Repenser le tourisme de fond en comble

Repenser le tourisme de fond en comble

Mis en avant

Marais-Louvre, membre du Réseau Vivre Paris! a publié cet article.

Comme commencent à le faire remarquer les politiques à qui la pandémie semble ouvrir enfin les yeux, les ravages du tourisme à tout va et sa massification sont une des raisons principales de la mise à genoux fulgurante de notre monde.

Combien de fois avons nous dénoncer les cohortes de touristes qui envahissent des sites dans le monde entier dont Paris et le Marais en font partie... Qu’avons nous vu fleurir au cours des années récentes ? Des bateaux de croisière de plus en plus gigantesques, la multiplication des flottes d’avions et avec elles l’accroissement de la pollution, une explosion exponentielle des locations saisonnières, des pans entiers de villes confisqués aux habitants par un tourisme débridé et délirant qui a gommé toute vie de quartier et fait partir les commerces traditionnels. S’en est suivie une montée des prix de l’immobilier qui chasse les derniers  occupants des lieux et les repousse en zones périphériques.

Que n’a t’on vu et entendu sur la course aux touristes ? Chaque municipalité, malgré les protestations des habitants s’ingéniait à trouver des moyens d’attractivité pour afficher des chiffres ronflants telle une compétition sportive, une sorte de course à l’échalote ! En 2015, notre ministre des affaires étrangères en charge du tourisme, Laurent Fabius, n’est il pas allé jusqu’à proposer 40 mesures pour que la France puisse attirer 100 millions de visiteurs dès 2020. De nombreux élus (dont Anne Hidalgo, G. Collomb...), des professionnels du tourisme ont participé aux groupes de travail qui ont abouti à ce plan d’action qui traitait même du tourisme nocturne dont des voix clamaient l’indigence!

Eh bien nous sommes en 2020 et nous en voyons le résultat!

Ainsi que le souligne Hubert Védrine, ancien ministre des affaires étrangères dans une récente interview accordée au Figaro, l’heure n’est plus au bilan mais plutôt à l’analyse de ce que l’on peut appeler un désastre. Plus jamais cela mais comment faire ?

Il fait d’abord repenser au-delà de la sphère purement économique, ce que nous voulons pour l’avenir notre avenir, celui de nos enfants, au plan national et ensuite en lien avec les autres pays. S’il est illusoire de penser que le tourisme est mort, le temps est venu de le réguler. Imaginons ce que serait Paris si une telle épidémie se produisait lors des JO de 2024? La première décision à prendre est d’établir des quotas, il suffit de considérer la ville de Barcelone qui n’est plus que l’ombre d’elle même tant elle est envahie jusqu’à saturation et davantage encore ou Venise débordant de touristes que déversent les monstres des mers qui longent ses quais séculaires! Cela n’est plus tolérable il faut donc limiter le nombre de touristes pour protéger nos villes, nos quartiers et leur assurer une autre évolution, un autre devenir. Paris ne peut mourir étouffé, être sacrifié, compter plus de valises à roulettes et de cars que de voitures,  au prétexte de satisfaire tel ou tel lobbying, ou bien de récolter des voix pour son élection ou sa réélection voire de justifier l’existence d’une industrie, d’un secteur économique qui serait indispensable pour notre croissance, cette croissance à tout crin qui désormais n’a pas de repère ? Ne faudrait-il  pas compenser la perte d’activité qui découlera d’un tourisme raisonné par la réappropriation d’activités que nous avons laissé partir loin de notre pays pour une question de coût ? Dorénavant nous mesurons plus que jamais la nécessité d’en passer par là... car nous sommes allés trop loin, à l’excès jusqu’à faire faire par d’autres pays la plupart de nos médicaments, personne ne s’étant inquiété de cette situation. Gare aux ringards qui auraient pu le faire!

L’heure n’est plus aux tergiversations et nous devons tous ensemble profiter de ce sévère coup de semonce pour rebattre les cartes, reprendre en mains nos quartiers et leur redonner une vie quotidienne normale en encadrant le tourisme... Reprendre en mains nos industries perdues et pourtant essentielles, reprendre en main notre qualité de vie plus traditionnelle sans se faire déborder par ceux qui, insouciants, par calcul, par esprit mercantile, par égoïsme ont participé de loin ou de près à l’émergence de la pandémie.

Il faut en finir avec un tourisme confiscatoire, quasi inhumain et revenir à un tourisme tolérable par tous et pour tous.